Edito

Grande leçon de Grande Terre à Mayotte : on ne trompe pas le peuple indéfiniment

J.B. / 21 octobre 2011

Le 18 janvier 2010, à peine les lampions éteints sous le ciel hivernal de Paris, Sarkozy s’en est allé jouer au Père Noël à Mayotte. Et, dans le style qui lui est propre, il annonce qu’il a « signé un pacte » avec les Mahorais. Ce discours s’accompagne d’un bain de foule : une façon de formaliser physiquement le pacte. Et, en avril 2011, Mayotte se transforme en Département.

Ce jour-là, l’événement devait être fêté en grande pompe. Pour la circonstance, Penchard se fait inviter. Sauf qu’en plein ciel, dans l’avion qui la transporte, elle apprend que l’UMP n’arrive pas à prendre le pouvoir au Conseil général. L’assemblée sera reportée. Penchard devra attendre et passer un séjour forcé à La Réunion. En définitive, elle ira fêter en compagnie d’un président non UMP.

Le peuple mahorais ne s’est pas laissé prendre aux bons mots de Sarkozy. Depuis 4 semaines maintenant, les nouveaux citoyens réclament l’application du pacte, à savoir les mesures d’Egalité. Un mois de manifestations qui ne faiblit pas démontre la capacité de résistance des Mahorais devant leur revendication d’être traités comme des citoyens à part entière. On ne trompe pas le peuple indéfiniment.

La leçon sert aussi pour La Réunion, car, tôt ou tard, les Réunionnais n’accepteront plus leurs conditions de vie exécrables.

J.B.