Edito

Hélas, le miracle n’aura pas lieu

J.B. / 7 août 2012

La rentrée des classes approche. Plus de 250.000 enfants se préparent à retrouver leurs classes et leurs professeurs. Deux évènements classiques vont ponctuer la rentrée. Il s’agit du versement des Allocations de rentrée scolaire et la prise de fonction des nouveaux fonctionnaires provenant d’autres académies situées à 10.000 Km de chez nous.

L’ARS sera versée à 80.000 familles pour permettre à 130.000 enfants d’être scolarisés dans des conditions adéquates. Selon l’âge des enfants, les parents percevront de 356,20 euros à 388,87 euros par tête. Au total, c’est une somme de 48 millions qui leur sera distribuée, dès le 9 août. Les commerçants attendent fébrilement l’arrivée de l’ARS car cela constitue une manne pour eux.

Les fonctionnaires primo-arrivants ont déjà atterris pour la plus part d’entre eux. Au-delà du sursalaire qu’ils percevront, ils bénéficieront chacun d’une prime d’installation équivalente à 16 mois du traitement de base, majorée de 10% pour le conjoint et de 5% par enfant à charge. Le déménagement est pris en charge par l’Etat à hauteur de 80% des frais de déménagement… sans justificatif. Dans 3 ans, ils auront droit à un congé bonifié supporté à 100% par l’Etat. Chaque année, ils sont plusieurs centaines à fouler pour la première fois le parquet des classes réunionnaises.

La situation comparée entre ces 2 évènements reflète le paradoxe social réunionnais. Pour une même rentrée scolaire, l’Etat consacre des primes quasi équivalentes à quelques centaines d’agents que pour 130.000 enfants. Les premiers doivent s’occuper de l’avenir des seconds. Pour quel résultats attendus ? Si, l’on tient compte des publications de l’INSEE, un jeune sur 2 quitte l’école précocement et sans diplôme. Pourquoi ? Que peuvent-ils faire ces nouveaux agents ? Hélas, même avec ces avantages exceptionnels, le miracle n’aura pas lieu dans ce climat d’injustice et d’inégalité.

J.B.


Kanalreunion.com