Edito

Heurs et malheurs des producteurs d’œufs français

J.B. / 12 août 2013

Depuis une semaine, des agriculteurs français déversent sur la voie publique en moyenne 100.000 œufs par jour. Les médias amplifient la colère des producteurs. L’opinion est plutôt choquée devant tant de gaspillage de nourriture.

La France produit chaque année environ 12 milliards d’œufs. Elle se classe premier producteur d’œufs en Europe. Mais, actuellement, le marché français est saturé, et la production est supérieure de 30% à la demande. Ce déséquilibre fait chuter le prix de l’œuf sur le marché. Un producteur déclare qu’il a liquidé son stock à 4,3 euros les 100 œufs, soit moins de 5 centimes l’unité. La moyenne se situe actuellement à 4,7 centimes, selon les professionnels. Le gouvernement a été interpellé à ce sujet. Son ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a constaté la triste réalité. Il a demandé au Préfet d’organiser une rencontre pour examiner l’écoulement du surplus sur des marchés parallèles.

Mais, quelle que soit la solution technique, la profession y laissera des plumes. Car la France est intégrée au marché européen, voire mondial, et subit de ce fait la concurrence des autres producteurs. Dans ce grand marché, la France régnait jusque-là en maître, maintenant de gros acheteurs dénoncent les contrats en se ravitaillant à meilleurs coûts, ailleurs, ou avec des nouveaux producteurs, plus conciliants. Ce «  système est à bout de souffle », reconnaît la Confédération Paysanne qui réclame à l’Europe des outils de «  régulation et de protection des marchés et des producteurs  » . Cela est impossible dans le cadre de la loi du marché. Il n’y a qu’à voir le sort réservé à la banane et le sucre dans les RUP.

Ainsi soumis au retournement des lois du libéralisme, les producteurs d’œufs ont perdu le sens de la mesure. Ils se sont isolés dans l’opinion en jetant de la nourriture à la rue alors qu’elle aurait pu servir aux pauvres. Un groupement a jeté 100.000 œufs tout en donnant seulement 5.000 aux Restos du Cœur ! Les reportages qui ont tourné en boucle ont sérieusement écorné l’image de la France dans le monde où un milliard d’êtres humains auraient aimé avoir chacun un seul œuf. Comme quoi, cela ne sert à rien d’être leader européen de l’œuf et tomber bien bas ! Tels sont les heurs et malheurs des producteurs d’œufs français soumis à la loi du marché.

J. B.


Kanalreunion.com