Edito

Il n’a suffi qu’une année pour que Huguette Bello perde son capital confiance chez ses ami-e-s.

J.B. / 2 décembre 2013

Hier, 1er décembre devait se tenir l’Assemblée générale du PLR pour les municipales. A l’approche de la date, au décompte de la mobilisation molle, il fut décidé de garder l’évènement, mais de ne pas inviter les médias. En définitive, la démonstration de force qui allait valider la puissance du PLR à l’échelle de l’île fut transformée en « assemblée pour la désignation du candidat à la mairie de Saint-Paul » . Huguette Bello fut désignée à main levée par un public très réduit. Non sans avoir assommé son auditoire d’un discours-fleuve d’autosatisfaction. A la manœuvre, il y avait Emmanuel Séraphin dans un jeu de rôle clanique. Tantôt, il est l’adjoint et l’autre maire. Tantôt, il est secrétaire général du PLR au service de la Présidente du PLR. Le duo du jour a rétréci le PLR à la direction municipale de Saint-Paul où Gamarus, premier adjoint, a été bordé au profit du 13e.

La première question qui vient à l’esprit, c’est pourquoi se cache-t-elle pour triompher ? Les médias ont été longtemps trompés par l’anticommunisme que véhiculait Huguette Bello. Elle avait su capter tout ce public frustré par les performances du PCR, et notamment de Paul Vergès. Elle a usé d’une liberté de parole à l’extérieur de l’organisation pour dénoncer sans nuance et mentir. Elle n’a jamais été victime. Des journalistes continuent de lui donner le Bon Dieu sans confession, alors que d’autres commencent à noter ses mauvaises performances.

Désormais, Présidente du PLR, elle n’a pas encore publié le projet de son parti. A chaque fois, c’est le 13e adjoint qui répond : « ça vient ». Sans projet collectif, chaque personnalité se sent forte dans son « territoire » et défie la direction municipale saint-pauloise. Le slogan à la mode au PLR : « Saint-Paul i commande pas nous ! » ou bien le plus salé : « occupe out commune ! ». Tout l’Est est déjà contaminé. Elle est incapable d’y mettre de l’ordre. Après avoir récusé une première fois la candidature PLR de Saint-Benoît, elle s’en remet maintenant à Jean Claude Fruteau pour dénouer la situation. Comme elle a érigé l’indiscipline au rang de vertu, la voilà bien servie.

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, en rentrant à sa maison à La Possession, elle a eu les échos du lancement de la campagne de Roland Robert, vendredi soir. Deux jours après, elle a constaté les dégâts : la mobilisation et l’enthousiasme possessionnais ont cassé le moral du maigre public PLR réuni à Piton Defaud qui avait hâte de s’acquitter de la corvée municipale dominicale. Après la rébellion dans l’Est, le moral est en berne dans l’Ouest. Ailleurs, c’est epsilon. Sa feuille de route médiatique est maintenant connue : Assemblée générale du PLR pour valider les candidatures, vote du projet politique, désignation du prochain maire de Saint-Paul respectant la loi sur le cumul des mandats. Il va y avoir de l’ambiance au PLR. Voilà où mène la trahison : en un an, Huguette Bello a dilapidé son capital confiance chez ses propres ami-e-s.

J.B.


Kanalreunion.com