Edito

Il y a tromperie sur la marchandise « Virapoullé »

J.B. / 15 septembre 2011

Virapoullé se présente aux Sénatoriales « sans étiquette » , dit-il. Cela est rapporté par les médias. Voilà l’homme politique, qui se targue d’un bon bilan de 9 années au Sénat et se vante d’une grande perspicacité politique de 40 années au service de La Réunion, être obligé de se présenter « sans étiquette » !

Si la référence en matière d’engagement au service de la population, c’est ce genre d’attitude, alors on comprend ses défaites successives et on ne peut que se féliciter de la lucidité des électeurs réunionnais. Jugez vous-mêmes. Au bout d’une décennie qui termine son mandat de sénateur, il finit avec 6,7% aux élections régionales de 2010. Voilà la valeur réelle de la marchandise que lui ont concédée les (simples) électeurs réunionnais sur toute l’île.

Comme on dit dans le jargon des valeurs marchandes, la question est de savoir si cela relève d’une tendance forte ou conjoncturelle. Avant 2010, la valeur de la marchandise estampillée « Virapoullé » s’est effondrée lors des Municipales de 2008, dégagée par une population qui en avait assez d’être trompée. Et après 2010 ? Il revient à la charge et présente 2 produits frelatés lors des Cantonales, en mars de cette année. La population de Saint-André s’aperçoit de la duperie et se débarrasse de la marchandise et de ses produits dérivés.

Il n’y a même pas 6 mois ! Cette fois-ci, il tente une opération d’étiquetage pour amadouer des Grands électeurs. Il se dit qu’il trouvera bien quelques nigauds pour gober la marchandise. Il enlève l’étiquette ! Mais la marchandise est la même. De peur d’être mal compris, il écrit à l’intention de Sarkozy que sitôt le scrutin terminé, c’est-à-dire les nigauds hameçonnés, il remettra l’étiquette en place. Et, il lui recommande de prendre en gage « sa constante loyauté à l’égard du gouvernement et du chef de l’État » . Il a la trouille d’être viré de l’UMP.

Il qualifie cette OPA sur l’opinion : « une mise en congé de l’UMP »  ! Il aurait pu ajouter : « jusqu’au scrutin ». Cela aurait eu le mérite de la sincérité. Mais en matière de valse d’étiquettes, la sincérité n’existe pas. D’ailleurs, il ne dit pas qu’il manœuvre. Il dit que sa décision vient d’ « une demande largement partagée par les nombreux Grands électeurs » . Il n’a même pas le courage de ses actes. Il renvoie sur ses amis la responsabilité de soustraire l’étiquette de l’UMP et de la remettre le lendemain du contrôle électoral !

C’est peu reluisant, tout cela ! C’est même indigne ! Espérons que ses derniers amis, probablement sincères, ne se laisseront pas contaminer par une marchandise « sans étiquette », de circonstance, mais régulièrement dévalorisée depuis quelques élections. Manifestement, il y a tromperie sur la marchandise « Virapoullé » sans étiquette.

J. B.


Kanalreunion.com