Edito

Index de correction, surrémunération : La Réunion d’abord !

J.B. / 9 août 2012

La fonction publique est un sujet qui fait débat. Dans une société qui se veut démocratique, le débat doit être constant. Chacun expose ses arguments. Cela permet de constater qui soutient réellement les fonctionnaires et qui, au contraire, agit au final contre eux. Examinons les cas de Paul Vergès et du PCR, du Syndicat SAFPTR et du “JIR”.

Paul Vergès et le PCR ont consacré une longue littérature au problème, refusant de tomber dans la facilité et l’invective. Ils sont soucieux du danger à laisser perdurer une situation qui risque de se retourner contre cette catégorie professionnelle et, plus largement, contre l’économie réunionnaise. Tout en formulant des propositions — c’est le propre de tout parti politique responsable —, ils appellent au débat entre tous les acteurs.

Le Syndicat SAFPTR est un acteur. Il pense que c’est un problème de Droit et il interpelle publiquement le juge du droit administratif. Il aurait pu demander une consultation privée sur le sujet. Il préfère l’action publique tellement il est convaincu d’avoir raison. Le jugement dit que l’index de correction est illégal. Le Tribunal a statué en défaveur des fonctionnaires que le syndicat était pourtant censé protéger. Cela fera jurisprudence.

Le “JIR” est aveuglé par la haine anti-communiste et anti-Vergès. C’est sa tendance lourde depuis un demi-siècle d’existence. C’est presque sa raison de vivre. Cette fois, le journal est toujours convaincu qu’il a raison dans son appréciation et titre : «  Paul Vergès est bien seul  » malgré des réactions plutôt raisonnables ! Affirmation à l’aveuglette. Alors, il essaye d’entraîner son lectorat sur la question : «  Faut-il supprimer la surrémunération  ? ». La réponse est «  OUI à 54,9%  ». C’est sans équivoque et, surtout, sans nuance.

Index de correction et surrémunération : il est clair que le Syndicat et le “JIR” ont orienté le débat dans un sens totalement inattendu. Par leurs décisions, ils poussent le gouvernement dans une position radicale, car l’opinion est en veille constante. Croisons les doigts pour que la sagesse politique des propositions à long terme de Paul Vergès et du PCR triomphe et que tout le monde sorte grandi et uni de l’inévitable confrontation d’idées. Dans l’intérêt de La Réunion et de sa jeunesse.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Il semblerait, que seule La Réunion, octroit l’index de correction aux fonctionnaires. Il "devait" corriger la différence du taux de change entre le CFA et l’ancien Franc, (?).
    Il était de 1,60 avant le gouvernement Raymond Barre, pour descendre à 1,138 jusqu’aujourd’hui.
    Effectivement, P.Vergès et Témoignages ont raison de dire que cette mesure est illégale. Cette disposition aurait dû disparaître en même temps que la suppression du CFA, en 1973.
    S’agissant de la prime des DOM et des TOM, (35% à La Réunion), elle devrait faire l’objet d’une étude pour diminuer globalement, en fonction des éloignements. Exemple : Nouvelle Calédonie, 74% à Nouméa, 94% en brousse, 108% dans le Pacifique. A des taux exorbitants, elle n’a plus sa raison d’être.
    ELOIGNEMENT, utilisé en faveur des métropolitains, loin de l’hexagone...
    Lorsqu’un Parisien mute en provine, ou, l’inverse, reçoit-il une prime d’éloignement ? Lorqu’un Domien, ou, Tomien reçoit-il la prime d’éloignement ?
    Combien d’élus sont fonctionnaires ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com