Edito

Irma : réfugiés climatiques de Saint-Martin en Guadeloupe

J.B. / 12 septembre 2017

JPEG - 68.2 ko

Le passage du cyclone Irma a dévasté les Antilles. Plusieurs collectivités de la République sont touchées. Les plus importants dégâts sont observés à Saint-Barthélémy et à Saint-Martin. C’est de cette dernière île que proviennent la plupart des images. Saint-Martin a été détruite à 95 %.

En conséquence, tout est à reconstruire à Saint-Martin alors que l’économie reposait avant tout sur le tourisme. Or, l’aéroport ne fonctionne plus et les bateaux de croisière ne sont pas près de revenir. De nombreuses maisons ont été détruites ou sont inhabitables. Les habitants de l’île se pressent à l’aéroport pour évacuer l’île où les structures de santé n’existent plus, et les services publics ne sont plus opérationnels. Des tentes commencent à être dressées pour accueillir des sans-abri ainsi qu’un hôpital provisoire.

Parmi les partants, certains ne veulent plus revenir. Les évacuations se dirigent vers la Guadeloupe. Il faudra en effet plusieurs années pour tout reconstruire. Pendant ce temps, les conditions de vie à Saint-Martin seront très dégradées. La Guadeloupe accueille donc des réfugiés climatiques en provenance d’une autre collectivité de la République. Pendant ce temps, Nicolas Hulot, ministre de l’Ecologie, s’est interrogé sur la viabilité de l’implantation humaine à Saint-Martin. La question des réfugiés climatiques se pose donc à l’intérieur même de la République. Face à l’accélération des effets du changement climatique, la France est confrontée à l’urgence. C’est une situation qui était totalement inimaginable voici quelques semaines, car jusqu’à présent, les réfugiés climatiques restaient une question lointaine pour le gouvernement.

J.B.