Edito

Kosa ni fé sanm nout gramoune ?

LB / 24 juillet 2009

"Le Monde" (1) attire notre attention sur l’importance d’un phénomène planétaire qui concerne aussi La Réunion : le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans devrait plus que doubler d’ici à 2040 sur la Terre, passant de 506 millions en 2008 à 1,3 milliard. Selon cette étude américaine publiée en juin (2), dans les dix prochaines années — et pour la première fois dans l’Histoire de l’humanité —, « les personnes âgées de 65 ans et plus seront plus nombreuses que les enfants de moins de 5 ans ».
« La population mondiale connaît un vieillissement sans précédent », soulignent les auteurs de l’étude. D’ici à 2040, la population âgée de plus de 65 ans devrait augmenter de 160% et celle de plus de 80 ans de 233%. Les plus de 65 ans représenteront alors 14% de la population mondiale.

Ce bouleversement est la conséquence logique d’une baisse générale du taux de fécondité conjuguée à des progrès dans le domaine de la santé, notent les chercheurs. Et « si les pays développés — Europe et États-Unis notamment — font déjà face au vieillissement brutal de leur population, la tendance s’étend désormais aux pays en développement, Amérique latine et Asie en tête », souligne "Le Monde".
D’où cette conclusion : « Dans les trente ans à venir, la plupart des pays du Sud disposeront d’une forte population active, ce qui peut représenter un atout pour leur développement économique. Mais il leur faudra ensuite faire face à un taux important de personnes âgées, un défi énorme. Parviendront-ils à inventer des systèmes de retraite adéquats ? ».

Cette question se pose à nous tous, simples citoyens et décideurs. Depuis 1993, Paul Vergès n’a eu de cesse d’expliquer que notre évolution démographique est un facteur essentiel à prendre en compte dans la politique du développement durable à mettre en œuvre à La Réunion. D’ici une vingtaine d’années, notre île comptera un million d’habitants et « la structure par âge sera fortement modifiée. […] Le nombre de personnes âgées d’au moins 60 ans aura triplé (85.000 en 2005 et 250.000 en 2030) et elles représenteront près du quart de la population, contre 10% actuellement » (3).
C’est assez dire l’urgence de la mise en place de ce grand service public d’aide à la personne préconisé par le PCR. Un service qui, c’est l’évidence, ne peut relever du privé ; sinonsa, kosa ni fé sanm nout gramoune ?

L. B.

(1) "Le Monde" 20 juillet 2009
(2) "An Aging World : 2008" - Travaux de Kevin Kinsella et Wan He publiés en juin 2009 par le U.S. Department of Health and Human Services National Institutes of Health NATIONAL INSTITUTE ON AGING
(3) INSEE La Réunion – TER 2008/2009 p. 58


Kanalreunion.com