Edito

L’Appel de l’Ermitage mérite d’être connu

J.B. / 16 mars 2013

La France fait partie des États qui se sont engagés à bâtir un monde meilleur en définissant un plan cohérent intitulé : “Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)”. Ces États ont promis de réaliser 8 objectifs prioritaires, sur les 15 premières années de ce nouveau siècle. L’initiative ambitieuse est soutenue par des institutions mondiales pour le développement, comme la Banque Mondiale. La priorité a été consacrée aux victimes de la pauvreté. L’objectif N°1 a pour titre : “Éradiquer l’extrême pauvreté et la faim”. Jamais, la communauté internationale ne s’était donné un objectif aussi ambitieux.

En 2010, un bilan d’étape a été fait. Le constat était positif, tiré par le progrès réalisé dans les pays émergents, là où se concentrait la masse des pauvres. Il n’est donc pas improbable d’amener le taux global de pauvreté sous la barre de 15%, en 2015. Ce serait un succès collectif considérable, unique dans les annales de la gouvernance mondiale.

Cependant, dans les pays développés on assiste à un phénomène d’appauvrissement accéléré sous les effets de crises diverses et multiformes. Les pays riches ne créent plus assez d’emplois au regard de la demande croissante de leur population active. C’est la précarité qui domine et rend impossible de continuer ainsi.

Les personnes qui se sont réunies l’année dernière pour débattre de cas concrets de pauvreté ont fini par lancer “l’Appel de l’Ermitage”, le 18 décembre.

En effet, elles ont constaté qu’il existe une troisième catégorie de pauvres dans le monde qui ne peut être assimilée ni à la situation des pays pauvres, ni à celle des pays riches. C’est notre cas. Le taux de pauvreté à La Réunion n’est pas marginal, il se monte à plus de 50%. Cependant, dans cette masse, on dénombre beaucoup de personnes qui ont un « reste à vivre » journalier de 5 euros à peine ! Ce constat est très alarmant, car nous avons déjà atteint l’égalité des droits sociaux avec un pays riche. Il n’y a donc plus de progrès à faire dans l’axe du rattrapage, ce qui soulève la contradiction de l’État qui accorde 35% de revenu supplémentaire à ses agents afin de compenser le coût de cherté de la vie, mais rien pour les autres catégories.

“L’Appel de l’Ermitage” s’inscrit dans l’esprit des OMD et formule des propositions pour « abolir l’extrême pauvreté ». Il se rattache à la promesse N°2 de l’OMD1.

1- Doubler le « reste à vivre » pour atteindre 300 euros mensuels, net de charge, par personne.

2- Attribuer des emplois de proximité et d’utilité publique aux plus vulnérables.

3- Éliminer la dette des pauvres.

4- Abroger la loi qui oblige les héritiers à rembourser l’allocation vieillesse servie aux parents.

5- Développer des filières d’activités génératrices de revenus.

“L’Appel de l’Ermitage” se rattache à la promesse des signataires, dont la France, « d’assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif ».

J.B.


Kanalreunion.com