Edito

L’art de l’esbroufe

J.B. / 7 octobre 2014

Selon le dictionnaire, l’art "d’esbroufer" est d’imposer à quelqu’un par son assurance ; c’est impressionner son vis-à-vis. Étalage de manières hardies, insolentes, fanfaronnades… S’agissant d’un vol à l’esbroufe, cela consiste à bousculer la victime qui est dévalisée. Ces définitions conviennent parfaitement à la situation crée par le Président de Région. Il est perdu, alors il fait dans l’esbroufe.

Il revient bredouille du Forum des RUP où il s’est fait photographier avec le Président de la Commission, José Manuel Barroso, sur le point de partir. Mauvais présage. Pour impressionner, il a emmené une forte délégation de Réunionnais. Résultats : il n’a même pas eu un mot du Président de la Commission ni sur l’avenir de la canne, ni sur le destin de l’octroi de mer, encore moins sur la suite des APE (Accords de Partenariat économique). Ce déplacement fut un échec total.

Pour couvrir ses insuffisances, il se saisit du recul du gouvernement sur le financement de la continuité territoriale pour dénoncer l’exécutif socialiste qu’il accuse de trahison ; cela lui sert de matrice pour réunir des maires fragiles. Il leur fait miroiter des promesses d’aides et d’assistances. Il pense que les maires lui renverront l’ascenseur en 2015. Lui qui n’a même pas respecté la confiance de Tak demande aujourd’hui aux maires de lui faire acte d’allégeance.

Voilà pourquoi, il craint la droite et pense retrouver son fauteuil grâce à la générosité des socialistes.


Kanalreunion.com