Edito

L’augmentation des ventes d’automobiles est une catastrophe pour l’environnement

J.B. / 7 janvier 2017

JPEG - 13.7 ko

Le Copernicus Climat Change Service a publié le 5 janvier dernier le résultat d’une étude. Elle annonce qu’il est confirmé que 2016 est l’année la plus chaude jamais mesurée, avec 0,2 degré de plus que 2015 qui détenait le précédent record. En février 2016, la température moyenne était 1,5 degré au-dessus de l’état du climat avant le début de l’ère industrielle.

En 2016, la moyenne des températures a dépassé 14,8 degrés, c’est 1,3 degré de plus que la moyenne du milieu du 18e siècle, indique le Copernicus Climat Change Service.

Rappelons qu’en décembre 2015, la COP 21 a débouché sur l’Accord de Paris, entré en vigueur en novembre 2016. Cet accord prévoit de limiter la hausse de la température moyenne de la Terre bien en dessous de deux degrés, avec comme objectif de limiter cette augmentation à 1,5 degré. La référence est la température qui était la norme avant le déploiement de l’industrie, point de départ de l’utilisation massive du charbon et du pétrole, responsables des émissions de gaz à effet de serre.

En 2016, La Réunion a apporté sa contribution à ce record catastrophique. En effet, les immatriculations de véhicules neufs a encore augmenté. Si ces données peuvent réjouir les professionnels de l’automobile, elles soulignent l’impasse dans laquelle s’enfonce La Réunion. En effet, à cause de l’abandon du chantier du tram-train, c’est la porte ouverte à la croissance démesurée du parc automobile à La Réunion. La politique de la Région Réunion en matière de transport favorise le monopole des voitures et camions. L’essentiel des investissements se concentre sur une route en mer de 12 kilomètres, financée en partie par le transfert des fonds obtenus par Paul Vergès pour construire un chemin de fer à La Réunion.

Cela veut dire que les vendeurs d’automobile ont encore de beaux jours devant eux, tout comme les importateurs de carburant. La satisfaction des intérêts de ses deux catégories se fait au détriment de la population, et montre au monde l’exemple à ne pas suivre. Car pour les victimes du changement climatique, les conséquences sont terribles.

Plus que jamais, une autre politique est nécessaire pour que La Réunion retrouve la place qui était la sienne en termes de lutte contre le changement climatique. Cela suppose la mise en place d’un nouveau mode de transport, alternative crédible au tout-automobile. Le tram-train correspondait à ce besoin, car c’est un moyen écologique et pas cher pour les usagers de se déplacer. Sortir de l’impasse du tout-automobile, c’est une nouvelle politique proposée par le PCR, elle s’appuie sur des moyens concrets et réalistes.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Un message rempli de constats accablants, et réels, il ne faut pas aussi oublier les centre de contrôle technique obligatoires, les banques, organismes de crédit, vendeurs de pièces, de pneus, casses autos. Il parait que plus de 25 000 voitures sont importées, mais il ne faut pas oublier les 2 roues motorisés fumant eux aussi, les camions, engins de chantier sans oublier les bus. Heureusement que les 2000 bus ne sont apparemment plus d’actualité, ouf, mais on vit sur une île de ouf ! A quand une pétition pour faire prendre conscience aux citoyens qu’il faut changer pour tout simplement survire demain. Remettre le train sur les rails si j’ose dire, il est plus que temps.
    Les gens sont utilisateurs pour la grosse majorité du carburant diésel qui envoie dans l’air que l’on respire des micro particules cancérigènes. Bien trop d’égoisme, de consommation, phénomène de mode, qui se démode et qui pousse à la frime inutile au détriment de la propreté de la terre, des eaux, de l’air, faisons un voeu pour qu’enfin, il y ait une prise de conscience en 2017, vive le train.
    Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?