Edito

L’avenir se décide ici et maintenant

LB / 11 mars 2010

Une des raisons pour lesquelles les Réunionnais font peu confiance aux adversaires de l’Alliance est le fait que ces derniers sont décalés par rapport au temps et à la réalité du pays. Nous venons d’avoir une nouvelle illustration de ce décalage avant-hier, où les deux députés socialistes de l’île ont appelé à voter pour la liste du PS dimanche prochain ; pourquoi ?… afin de « changer la politique du gouvernement en 2012 ».
Ainsi, à l’image de leurs concurrents de Droite, ces élus confondent les rendez-vous de la population réunionnaise : pour eux, ces élections régionales ne sont qu’un marche-pied pour la prochaine Présidentielle. Et ce 14 mars, il ne s’agit pas pour les électeurs réunionnais de préparer leur avenir, mais de savoir qui sera au pouvoir à Paris dans deux ans…

Au moment où les Réunionnais ont à faire un choix décisif pour désigner les responsables de la Région Réunion au cours des quatre prochaines années, à quoi cela sert-il de leur demander de se situer ailleurs, dans le temps et dans l’espace ? Pourquoi tenter de détourner ainsi l’attention des citoyens de l’essentiel ?
Cette aliénation politico-culturelle de ceux qui cultivent l’assimilation n’apporte aucune solution aux problèmes urgents auxquels sont confrontés les Réunionnais, notamment plus de la moitié d’entre eux, jetés sous le seuil de la pauvreté. Voter aujourd’hui pour préparer le vote de 2012 n’a donc aucun sens, c’est une voix perdue, un vote inutile.

Par contre, il est bien plus sensé et utile de voter massivement en tant que Réunionnais pour soutenir un programme global et cohérent qui répond aux besoins des Réunionnais. C’est le cas du projet de l’Alliance, qui s’inscrit dans une dynamique différente de celle de ses concurrents et qui reste à concrétiser dans les urnes.
L’essentiel pour le peuple réunionnais, dans trois jours, est de ne pas se tromper de calendrier et de se lever en masse pour que la liste conduite par Paul Vergès puisse réaliser au mieux ses projets. L’avenir de La Réunion se décide non pas à 10.000 km et en 2012, mais ici et maintenant.

L. B.


Kanalreunion.com