Edito

L’économie réunionnaise est sérieusement menacée de faillite

J.B. / 28 août 2014

La création d’un marché unique mondiale exige la fin des frontières douanières. Selon les libéraux, les taxes et les subventions constituent des entraves à la libre concurrence, elles doivent disparaître. Conséquence : les producteurs Réunionnais sont menacés de faillite. Voici 3 exemples.

1-Devant les difficultés de l’OMC de mettre tous les pays d’accord, en même temps, l’Union Européenne a décidé de discuter directement avec des regroupements de pays par zone géographique. L’Union Européenne a déjà signé un « accord intérimaire » avec nos voisins. Nous apprenons qu’une demande a été effectuée pour « accélérer la signature définitive ». C’est écrit noir sur blanc dans la déclaration finale du dernier sommet de la COI. Hollande était bien présent à cette rencontre, mais il n’a pas défendu les intérêts des producteurs Réunionnais qui vont subir les décisions engagées avec les négociateurs Européens. La France disposera d’« un statut d’observateur... ». La Réunion et les producteurs réunionnais sont sacrifiés.

2- Le prix de la tonne du sucre ne sera plus garanti à partir de 2017. Hollande dit que l’Etat va combler la différence... mais à condition que l’Europe donne son accord. Il aurait été plus convaincant de dire qu’il avait déjà demandé l’agrément européen. Il avait tous les rapports en mains et il a eu un délai supplémentaire pour faire l’annonce. Personne ne lui a demandé de commenter l’actualité sucrière. Sa fonction c’est de décider. Il ne l’a pas fait. Mettez-vous à la place d’un producteur de canne : il ne sait pas s’il faut continuer et quelle banque va financer son investissement pour la replantation. C’est bizarre, un Président qui ne décide pas.

3-Depuis 2004, l’Europe a déjà signifié à la France que l’Octroi de Mer est une taxe qui constitue une entrave à la liberté du commerce des marchandises. Des arrangements ont pu garder le système mais à terme il doit disparaître. Nous sommes en 2014. Lurel fait un communiqué dans lequel il annonce que l’affaire est pliée et il s’en vante, même. Hollande vient à La Réunion, il n’en dit pas un mot. C’est bizarre : entre Lurel et Hollande, il y a un qui trompe les producteurs et les collectivités qui reçoivent des aides issues de l’octroi de mer.

Au bout de ces 3 exemples, les producteurs ont intérêt à se rassembler s’ils veulent sauver leur peau. Ni le gouvernement, ni les 7 députés ne sont capables de les sortir d’affaire.

J.B.


Kanalreunion.com