Edito

L’effacement de La Réunion : y a-t-il encore des élus réunionnais ?

Ary Yée Chong Tchi Kan / 25 juillet 2016

Ainsi, les Préfet de La Réunion et de Mayotte, accompagné de l’ambassadeur transversal, ont rencontré les autorités de l’Union des Comores [1]. C’est une nouvelle preuve de l’effacement de La Réunion dans le concert régional. Pour la grande honte de La Réunion, aucun élu n’a protesté contre cette imposture aggravée.

L’Etat Français développe des relations bilatérales avec les Comores, Madagascar, Maurice et les Seychelles. Il est représenté sur place par un ambassadeur qui présente ses lettres de créances, aux autorités souveraines. Pour une question de coordination de ses actions, les ambassadeurs de ces pays se retrouvent régulièrement. C’est le cas pour la sécurité maritime. Et, c’est normal.

Mais s’agissant de la politique régionale, La Réunion a été admise à la COI au même moment que les Comores. Pour les mêmes raisons. Peu importe l’étiquette “France (Réunion)”, c’est l’esprit qui compte. Depuis, La Réunion a montré son savoir faire vis à vis des pays du premier cercle, ses collègues de la COI, ou bien plus loin avec les pays qui ont peuplé La Réunion. Le bilan des efforts engagés auprès de l’Afrique du Sud, le Mozambique, la Chine ou l’Inde sont de solides points d’appuis pour l’avenir. En particulier, dans le besoin de mieux connaitre le partenaire et l’identification des opportunités.

C’en était trop pour des esprits fossilisés dans la gangue de la centralisation coloniale. Le vieil argument de l’argent a refait surface : celui qui paye commande ! De fait, le siège de la COI se retrouve à Paris. L’initiative de re-centraliser la coopération régionale dans les mains de fonctionnaires de passage souligne, dans la vie courante, l’indigence intellectuelle de ce gouvernement à prendre en compte une expérience concrète de réalisme géographique, historique, culturel, économique et politique.

Par exemple, l’ouverture des Consulats de l’Inde et de la Chine est le résultat d’initiatives réunionnaises qui ont reçu le soutien actif du gouvernement, à Paris. Une bonne façon de responsabiliser, à tous les étages, les politiques et la société civile. Faire des bilans réguliers et de corriger les erreurs font partie de cette responsabilité partagée.

Plus grave, est l’absence de protestation des élus actuels qui dirigent La Région et le Département. Les gesticulateurs (et les gesticulatrices) médiatiques ont disparu des écrans. Au lieu de défendre la dignité réunionnaise, ils ont totalement abdiqué. C’est une nouvelle preuve de la trahison du peuple réunionnais. Heureusement qu’il y a le PCR et Témoignages.

Ary Yée Chong Tchi Kan

[1cette rencontre remet en cause l’argument raciste selon lequel les Comoriens sont infréquentables. Les 3 fonctionnaires sont-ils allés remettre leurs “lettres de créances” au Président Azali nouvellement élu ?


Kanalreunion.com