Edito

L’égalité réelle disparaît du gouvernement

J.B. / 3 septembre 2016

En mai 2015, François Hollande avait lancé la procédure vers la réalisation d’un projet de loi sur l’égalité réelle. L’objectif est de réussir en 20 ans ce qui n’a pas été réalisé en 70 ans : l’égalité des citoyens de l’outre-mer avec ceux de France. Pour arriver à traduire cette ambition dans un texte de loi, il a tout d’abord nommé un parlementaire en mission, Victorin Lurel. L’ancien ministre des Outre-mer devait piloter la concertation préalable et rédiger un rapport. Puis au mois de février dernier, un secrétariat d’État à l’Égalité réelle était créé. En France, l’annonce de ce nouveau poste gouvernemental avait surpris. Le gouvernement l’avait justifié car il considérait que l’égalité réelle devait être un chantier prioritaire du mandat de François Hollande. Les missions de ce secrétariat d’État dépassaient le projet de loi concernant l’outre-mer. Il devait participer à l’élaboration d’un projet de loi égalité et citoyenneté qui devait répondre à des problèmes touchant la France. Cette feuille de route donnait donc une vaste mission à la nouvelle secrétaire d’État, car la lutte contre les inégalités à l’intérieur de la société française est une tâche immense et elle ne peut que s’inscrire dans la durée pour aboutir à des réformes structurelles.

Au cours de ces derniers mois, le secrétariat d’État à l’Égalité réelle a apporté sa contribution au texte égalité et citoyenneté porté par le ministère de la Ville. Mais sur le projet de loi concernant l’outre-mer, l’apport était plus discret. George Pau-Langevin était en première ligne en tant que ministre des Outre-mer. Il est à noter que lors du vote de l’avis du Conseil économique social et environnemental sur ce texte, George Pau-Langevin n’était accompagné d’aucun autre membre du gouvernement. C’est également elle qui a assuré l’essentiel de la présentation du projet de loi lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres du 3 août dernier. L’intervention de la secrétaire d’État était en seconde position, dans le registre du complément.

Dans moins d’un mois, le projet de loi sur l’égalité réelle sera examiné au Parlement. Mais deux événements se sont produits mardi. Le premier est la démission surprenante de George Pau-Langevin. C’est sans doute un cas unique de voir une ministre devant présenter un texte de cette importance quitter le gouvernement si près de l’échéance. Le second est la disparition du secrétariat d’État à l’Égalité réelle. Une durée de vie aussi courte interpelle, compte-tenu des discours tenus pour justifier la création de ce poste il y a six mois. Hier sur Réunion Première, Ericka Bareigts, ancienne secrétaire d’État à l’Égalité réelle et nouvelle ministre des Outre-mer, a donné son explication sur cette disparition : l’élue réunionnaise s’attelle à la seconde partie de sa tâche sur ce sujet. Est-ce à dire que le problème si important de l’égalité réelle en France a pu être réglé en six mois par le vote d’une simple loi ? Ou alors que le ministère des Outre-mer a également pour mission de s’occuper de la lutte contre les inégalités en France ?

Jeudi prochain, Manuel Valls, Premier ministre, recevra Ericka Bareigts. Ces points seront sans doute éclaircis à cette occasion, car la feuille de route de la nouvelle ministre sera définie.

Mais en tout état de cause, la fin du secrétariat à l’Égalité réelle un mois avant un débat parlementaire sur une loi portant cet intitulé ne manque pas d’étonner.

J.B.


Kanalreunion.com