Edito

L’electro-choc Bejisa

Témoignages.re / 10 janvier 2014

Dans 10 jours, ce sera la rentrée scolaire. Plus de 200.000 jeunes vont prendre la route tous les matins, ainsi que les encadrants. C’est donc près du tiers de la population réunionnaise qui sera concernée. Jamais sans doute les vacances d’été n’ont été aussi courtes. Conséquences : les vacances d’hiver seront les plus longues. Décidément, c’est vraiment ce qui s’appelle marcher la tête en bas.
Il n’échappe pas aux observateurs que petit à petit, le calendrier scolaire à La Réunion se rapproche de celui de la France. L’an prochain, les vacances d’été seront d’ailleurs plus courtes, ce qui profitera à celles d’hiver. À ce rythme là, encore quelques années et le tour de force sera réalisé : un calendrier scolaire conçu pour un pays de l’hémisphère Nord sera appliqué dans un pays de l’hémisphère Sud.

Là où la démarche devient encore plus inquiétante, c’est quand cela se passe dans un pays tropical. Dans ce cas, la saison cyclonique se situe durant l’été. Pour naître et fonctionner, un cyclone a besoin d’une eau de plus de 25 degrés. Sous nos latitudes, cela n’arrive qu’en été, pas en hiver. C’est donc en été que les plus grands dangers existent.

Pendant quelques années, notre île avait été épargnée par les cyclones. Cette absence a eu pour résultat une grave sécheresse. Mais cela a eu aussi pour conséquence de faire un peu oublier cette part de notre réalité. En de nombreux points, Bejisa a été un électro-choc. Même s’il n’était pas un phénomène intense, il a été suffisamment violent pour faire des dégâts. Il met au devant de la scène une aberration : raccourcir les vacances scolaires de la saison cyclonique.
Tout comme le reste de la population, parents, élus et pédagogues ont vécu ce rappel à l’ordre de Dame Nature. Et ils connaissent désormais les risques encourus.

J.B.


Kanalreunion.com