Edito

L’erreur est humaine, persévérer est irresponsable.

J.B. / 29 août 2012

Dès l’annonce du mauvais chiffre du chômage en France, les médias en ont fait leur sujet prioritaire. C’est un indicateur des tensions psychologiques et politiques qui règnent sur le front de l’emploi ou tout du moins de l’absence de perspective à court terme. Probablement, les attentes étaient très fortes devant les promesses de campagne électorale. Les choses ne vont pas s’arranger avec les dernières déclarations du premier ministre à propos de la baisse de croissance.

Cette effervescence est à comparer avec notre propre situation sociale : un taux de chômage qui est 3 fois plus élevé (autour de 30%) à celui de France. La tendance est de banaliser notre propre situation sociale. Cette façon de voir et d’agir nous a déjà coûté très cher. Plus de 100.000 compatriotes réunionnais installés en France ne savent pas où et comment ils vont finir leur vie, sans compter les problèmes d’intégration.

Dans les années 60-70, l’ordre politique a été donné de vider notre jeunesse pour les envoyer prendre des emplois en France. C’était l’époque où la propagande officielle médiatisait des séances de signature de contrats comme pour bien montrer que l’avenir était de « partir ». En quelques années, La Réunion a été privée de ces forces vives qui étaient nécessaires pour développer le pays.

L’émoi suscité par les mauvais résultats de chômage en France a un côté positif : il aidera à la réflexion sur la réalisation d’un plan développement durable et solidaire seul capable de fournir un avenir meilleur à nos compatriotes qui souffrent en silence de la pénurie d’emplois. En tout cas, il est clairement démontré que les solutions sont, ici, entre Réunionnais. Finie la grande diversion qui a trop longtemps nourri la lutte contre le PCR qui défendait justement l’excellence réunionnaise face à la bêtise de ses adversaires. L’erreur est humaine, persévérer est irresponsable.

J.B.


Kanalreunion.com