Edito

L’été de l’année la plus chaude arrive

J.B. / 24 septembre 2016

Selon les relevés qui se succèdent, l’année 2016 se positionne comme l’année la plus chaude jamais mesurée. Jusqu’à présent, les records de 2015 sont battus. Cette donnée est une nouvelle confirmation du réchauffement climatique. Ce phénomène s’accélère à cause des activités humaines consommatrices de charbon et de pétrole responsables de fortes émissions de gaz à effet de serre.

Dans le monde, ce phénomène a déjà eu d’importantes conséquences. Ce sont en particulier les feux de forêts qui ont ravagé la Californie, les incendies en Europe, aux Canaries. En France, il faisait encore 38 degrés en plein mois de septembre. Dans notre région, c’est la sécheresse. Selon la FAO, 40 millions de personnes seront concernées par les effets des pertes de récolte si la solidarité ne s’exerce pas. Tout près de nous à Madagascar, c’est le cri d’alarme de la FAO. 1,2 million de nos voisins sont menacés par la famine.

À La Réunion, c’est la sortie de l’hiver. Ce réchauffement ne s’est donc pas encore fait ressentir. Mais il est clair que notre île ne pourra pas être à l’écart de ce phénomène mondial. Déjà la sécheresse fait des dégâts dans les élevages des hauts, et la campagne sucrière s’annonce moins bonne que l’an dernier.

À l’échelle d’une vie humaine, les effets du réchauffement sont visibles. Ce sont notamment les cours d’eau qui n’ont plus les mêmes débits. Lors de la manifestation des opposants à la carrière de Menciol jeudi dernier devant la mairie de Saint-André, un membre du collectif estimait que la source de la forêt que le projet prévoit de raser ne coule plus autant qu’avant. Le débit serait divisé par deux par rapport à ce qui était le cas il y a quelques décennies.

Avec l’arrivée de l’été, les températures vont monter, et la chaleur va s’installer. Avec elle la sécheresse risque de s’intensifier ce qui ne manquera pas de poser des problèmes pour l’approvisionnement en eau. L’arrivée de l’été, c’est aussi le début de la menace cyclonique. La semaine dernière, un typhon a d’une violence inouïe a frappé Taïwan. En quelques heures, 80 centimètres d’eau sont tombés, et des rafales de vent ont été estimées à 370 kilomètres par heure. Cette catastrophe vient confirmer le résultat d’une étude sur les cyclones en Asie du Sud-Est, qui se sont intensifiés depuis 30 ans avec la hausse de la température de l’océan. La Réunion est une île susceptible d’être frappée par un cyclone. C’est aussi une éventualité à anticiper. Mais la concentration des investissements sur une route en mer, le projets d’une ville nouvelle à Cambaie au niveau de la mer et celui d’un nouveau port à Bois-Rouge indiquent que ce n’est pas la priorité des responsables politiques.

J.B.


Kanalreunion.com