Edito

L’heure de vérité

Geoffroy Géraud-Legros / 8 novembre 2010

En un peu plus d’une semaine, la mobilisation s’est organisée pour sauver Radio Kanal océan indien. Ondes ouvertes ; création d’une association ; articles de presse ; appels à la mobilisation, par les animateurs, les responsables de la radio et surtout, par les auditeurs eux-mêmes ; rassemblement de soutien organisé samedi, qui a vu des Réunionnaises et des Réunionnais venus de toute l’île rejoindre les locaux de la rue Général-Rolland, afin d’apporter leur soutien moral et économique à ce média, aujourd’hui menacé de mort. Leur démarche montre que la solidarité et l’engagement ne sont pas de vains mots.

On a vu des retraités, bénéficiaires de pensions pourtant maigres, donner sans hésiter des chèques d’une valeur de 1.000 euros.

On a vu des travailleurs au SMIC faire des dons de plusieurs centaines d’euros.
Nathalie Legros, présidente de l’Association des amis de Kanal océan indien a dévoilé le projet destiné à sauver la radio : une formule communautaire, grâce à laquelle des syndicats, des associations, les auditeurs et des organisations diverses pourront occuper un temps d’antenne, afin de présenter leur vision, dans le respect et l’indépendance mutuels. De nombreux contacts ont été pris, des discussions ont été ouvertes. Les choses bougent, une solution se profile, l’espoir reparaît. Mais la mise en place d’une alternative durable demande le temps de l’organisation et de la négociation. Les lettres de licenciement des salariés de K.O.I. prendront, elles, effet dans 48 heures.

C’est dire s’il y a urgence. Face à cette échéance, la solution immédiate est entre les mains des élus du PCR. Les auditeurs mobilisés eux-mêmes l’ont dit, avec leurs mots, parfois avec vigueur, toujours avec confiance, sur les ondes de K.O.I.. Ils l’ont redit samedi, alors qu’ils se relayaient dans les locaux de la radio.

Une dynamique est lancée : les élus du Port, de Sainte-Suzanne et de La Possession ont d’ores et déjà pris leurs responsabilités. Seule la mobilisation de tous pourra sauver les emplois des travailleurs de la radio. Seule la mobilisation de tous pourra que, mercredi matin, le silence ne remplace la voix d’une radio qui fait vibrer les mots, les cœurs et les esprits depuis près d’un quart de siècle.

G.G.-L.


Kanalreunion.com