Edito

L’importance de la solidarité entre La Réunion et Madagascar

J.B. / 4 avril 2017

JPEG - 13.7 ko

Témoignages commence aujourd’hui la publication d’un article d’Eugène Rousse consacré à la révolte de 1947 à Madagascar. Commencée le 29 mars 1947 à Moramanga, cette insurrection fut sévèrement réprimée avec sans doute plus de 100.000 morts sur une population de 4 millions d’habitants.

Intitulé « L’insurrection malgache de 1947 – 1948 : la lourde responsabilité du gouvernement français », l’article d’Eugène Rousse met en évidence dans sa première partie le rôle de la classe dominante au pouvoir à La Réunion dans l’occupation de Madagascar par la France. Il souligne le rôle joué par François de Mahy, député de La Réunion dans les années 1880. La République se lançait alors dans des conquêtes coloniales qui avaient pour but de trouver de nouveaux débouchés au capitalisme français. Cette politique visait aussi à faire restaurer un « honneur » terni par la défaite de 1870. Dans ce contexte, François de Mahy a poussé la France à tourner son expansionnisme vers Madagascar. Il reflétait le point de vue de la classe dominante à La Réunion. Eugène Rousse rappelle que le Conseil général de La Réunion s’était prononcé pour la colonisation de Madagascar. La Grande île était alors vue comme un eldorado par la bourgeoisie réunionnaise et aussi par les pauvres qui pensaient améliorer leur condition en émigrant.

50.000 Réunionnais vivaient donc à Madagascar au moment de l’insurrection. Dans la société coloniale, ils occupaient une classe intermédiaire entre d’une part les expatriés français et les riches créoles, et d’autre part les Malgaches exploités dans leur propre pays. L’article d’Eugène Rousse rappelle également que La Réunion était le point de départ d’un pont aérien chargé d’acheminer des renforts pour réprimer l’insurrection. La Réunion a donc été une colonie colonisatrice, et la base arrière d’une répression qui fit 100.000 victimes.

La semaine dernière, une délégation réunionnaise conduite par Simone Yée Chong Tchi Kan de l’association REAGIES était invitée aux célébrations du 70e anniversaire de la révolte de 1947. Cette visite a eu lieu à un moment très important pour les Malgaches, car à côté du jour de l’indépendance, le 29 mars est un jour férié lié à la lutte de Madagascar contre la colonisation. La délégation réunionnaise a rencontré des vétérans de la révolte de 1947 à Moramanga. Les discours prononcés à cette occasion ainsi que les actes accomplis par la délégation réunionnaise se sont inscrits dans les pas des Réunionnais qui s’étaient opposés à l’utilisation de leur pays au service d’une métropole. Ils ont réaffirmé une solidarité née de la lutte commune des progressistes contre l’oppression coloniale. Le pouvoir parisien et l’ancienne classe dominante avaient fait de La Réunion une colonie colonisatrice, la visite de la délégation réunionnaise a souligné que d’autres relations sont possibles entre nos deux îles, sur la base de la solidarité.

J.B.


Kanalreunion.com