Edito

L’indécence de Bernadette Ladauge

J.B. / 22 décembre 2015

Il existe semble-t-il à La Réunion une tendance à vouloir réécrire l’histoire. Cela se traduit par la volonté d’exclure le PCR de toutes les avancées obtenues grâce aux batailles des militants et des dirigeants du Parti.

Témoignages d’hier a montré comment cela se manifestait dans les tentatives d’écrire une histoire du 20 décembre sans le PCR, de faire croire que les communistes ne seraient pour rien dans la transformation de La Réunion de colonie en département, ou encore d’affirmer que l’égalité sociale c’est François Mitterrand, alors que ce dernier a dû l’inscrire dans son programme sous la pression du PCR.

Cette tendance a aussi des extrémistes, avec des propos guidés par un anti-communisme viscéral. En témoigne la sortie de Bernadette Ladauge le soir du 20 décembre dans une émission de Réunion Première. Elle a insulté Paul Vergès, ainsi que ceux qui ont sorti le maloya du fénoir, avec des propos que la décence nous interdit de reproduire.

Il est vrai que Bernadette Ladauge est une adversaire de toujours du PCR. Alors, lorsqu’elle constate que les combats menés par le Parti communiste réunionnais aboutissent à des victoires éclatantes, elle se radicalise encore plus.

Malheureusement, cette représentante de l’arrière-garde la plus réactionnaire de la société réunionnaise a pu proférer ses insultes en toute impunité, sur les ondes d’une télévision.

N’en déplaise à Bernadette Ladauge qui écumait les salons du pouvoir pendant que les communistes se battaient pour faire sortir le maloya du fénoir, les communistes ont gagné et les réactionnaires ont perdu.

Ce résultat est définitif, personne ne peut plus remettre en cause le maloya.

Mais cela n’empêche pas qu’il faille condamner avec la plus extrême fermeté les propos tenus par Bernadette Ladauge ce 20 décembre.

Souhaitons que cela soit sa dernière indécence.


Kanalreunion.com