Edito

L’UMP réunionnaise à l’heure “bling bling”

Geoffroy Géraud-Legros / 30 juillet 2010

On s’excuse par avance d’en rajouter. Mais il y a tout de même des limites au ridicule. Et force est de constater que le périple de la délégation supposée représenter nos intérêts au 34ème Sommet du Patrimoine mondial de l’UNESCO les a largement franchies.
Peu après la parution de notre édito du 27 juillet dernier, les médias réunionnais se sont penchés eux aussi sur les conditions du voyage à Brasilia emmené par Daniel Gonthier, ci-devant maire de Bras-Panon et conseiller général UMP.
Un déplacement bien évidemment indispensable pour défendre les couleurs réunionnaises. Mais fallait-il qu’ils soient si nombreux, au cours de ce périple qui, on va le voir, n’a rien d’une galère ?

Emboîtant le pas à “Témoignages”, plusieurs médias ont pointé les absurdités et le « gaspi » de cette ballade au Brésil.
Au centre des débats, le nombre pléthorique de participants : 8, contre 2 pour la délégation d’Albi, l’autre dossier défendu par la France devant l’UNESCO. Et sur ces 8 là, bien peu sont des spécialistes. Le constat établi par nos soins s’est retrouvé largement partagé : quelques-uns sont partis travailler. Bon peu sont allés « bat’ carré ».

Par la magie du direct, on a appris que loin d’être un atout, ou une coûteuse, mais innocente promenade, cette sur-représentation réunionnaise risque de jouer contre le succès de la candidature. Et on a pu entendre depuis l’autre bout du monde l’un des représentants actifs de la délégation conseiller vivement aux voyageurs sur-numéraires de raser les murs, d’aller batt’ un « bel carré même », le plus loin possible du lieu où se décidera le classement de nos Cirques et Pitons.
Motif : les effectifs énormes de notre délégation péi heurtent les usages.
Et irritent le jury.

Mais le meilleur est venu de la “com’” de la délégation elle-même, qui nous décrit par le menu tous les délices de l’odyssée de Daniel Gonthier, des spécialistes et de leurs camarades batteurs d’carré. Une aventure placée d’emblée sous une bonne étoile : au départ de Gillot, certains des voyageurs ont la chance d’être surclassés. L’enfer de la classe éco évitée, cette belle compagnie s’est retrouvée sur les Champs le temps d’une journée de shopping, indispensable sans doute à la renommée de Mafate et du Cimendef. Puis ce fut le grand saut vers le Brésil : les sept heures de décalage horaire n’ont pas découragé nos vaillants émissaires, qui ont immédiatement pris d’assaut leur premier cocktail. Le reste du compte-rendu est à l’avenant.
Pendant ce temps, à La Réunion, l’association Agir Pou Nout Tout se bat pour sauvegarder les “emplois verts” sabrés dans le fief de Bras-Panon du même Daniel Gonthier. Champagne de l’autre côté des mers, chômage au pays. Misère des travailleurs, “bling bling” pour des dirigeants UMP cyniques ou irresponsables. Décidément, l’UMP réunionnaise est à la page.

G.G.-L.


Kanalreunion.com