Edito

L’Union des Réunionnais : c’est maintenant !

J.B. / 6 mai 2013

Ce week-end, Bruxelles a accordé un sursis de 2 ans à la France pour lui permettre d’atteindre les objectifs qui devaient être accomplis cette année. Devant les informations pessimistes sur les prévisions françaises, le Commissaire Olli Rehn a déclaré que ce sursis était « raisonnable ». Ce dernier s’est attiré les foudres de ceux qui voulaient appliquer des sanctions. La France peut souffler : elle a donc jusqu’en 2015 pour ramener le déficit budgétaire sous la sacro-sainte barre des 3%.

Selon les calculs de la Commission européenne, la France va connaître la récession cette année. Malgré un rebond en 2014, la courbe du chômage ne va pas s’inverser. Le déficit public va atteindre 4,2% l’an prochain. Pas besoin d’être “devineur” pour dire que le gouvernement va continuer à réduire les dépenses publiques et financer la « compétitivité » des entreprises. D’ailleurs, c’est sur ces bases que le commissaire a rendu son verdict. Ce sursis est un piège pour le gouvernement qui sait qu’il n’a plus d’autres alternatives. S’il ne réussit pas, la sanction à Bruxelles et dans le peuple sera imparable.

A La Réunion, la situation générale est encore plus grave qu’en France. Les données sont connues. Cependant, retenons la déclaration du CEROM qui a fait une analyse macro-économique sur la dernière décennie 2000-2010. Les analystes ont décelé une crise structurelle, c’est-à-dire profonde et à long terme. Il préconise la recherche d’autres relais de croissances.

Nous devons profiter du sursis qui a été donné à la France pour soumettre des propositions réunionnaises de réformes profondes de justice sociale. Le moment est venu pour que chaque responsable politique réunionnais ainsi que les acteurs socio-économiques et culturels se mettent autour d’une même table, exposent leurs propositions. Sans se cacher la vérité, sans chercher de faux fuyant, sans feindre les difficultés, il faut se réunir.

Que valent les petites carrières dérisoires, les trahisons en tout genre, face à l’étendue du désastre économique et social dont souffre notre peuple ? L’alternance est passée, cela n’a pas empêché la situation de s’empirer. Les informations rapportées par la presse sur le monde politique actuel tournent autour des municipales. Chacun y va de son couplet sur ses capacités d’hommes et de femmes envoyés par la providence. Il y a pléthore de candidatures alors qu’aucun candidat ne dispose de solution pour répondre à la demande sociale. On assiste à un spectacle de mensonges pour faire croire que l’un peut mieux faire que l’autre. De ce côté, la parité est parfaite. Ou alors on crée des partis : question de se donner un air de nouveauté derrière le masque du mensonge et du bavardage médiatique.

J. B.


Kanalreunion.com