Edito

L’union du PCR et du Progrès, une chance inespérée

J.B. / 12 septembre 2015

Nous abordons la 5e leçon qui montre que Bello est en mode perdu. Il y a encore 15 jours, elle régnait en mode impérial sur la gauche qu’elle avait eu le culot de réduire à sa personne. Ce n’est pas le projet qui primait. D’où son slogan enmodeBello.

Pour atteindre son objectif d’être seule à gauche, sa technique, c’est la division. Elle avait déjà divisé le PCR. Elle s’est assurée le concours d’Annette pour diviser le PS. Elle était sur le point de réussir le sale travail quand a surgi l’union du Progrès et du PCR. Le réveil était dur : Bello, l’icône, l’impériale, obligée de déclarer, dimanche soir, qu’elle n’a pas d’adversaire à gauche. La blague.

Quand on connaît l’orgueil qui habite cette personne, elle annonce à la télé qu’elle est prête à trahir une fois de plus. Elle va utiliser ses amis et amies, le temps qu’il faut, puis s’en débarrasser le moment venu. Dans sa tête, elle est déjà prête. Pour connaître qui seront les prochaines victimes, il vous suffira de bien noter les noms qu’elle aura placé en haut de l’affiche. Elle n’aura aucune pitié, car elle fonctionne “enmodeBello”.

Souvenez-vous. Aux 2e tour des dernières Municipales, elle appelle le Progrès pour obtenir un soutien et des moyens. Comme, elle a soutenu la dissidence d’un adjoint de Jean-Claude Fruteau au premier tour, le Progrès lui demande en échange de retirer son soutien à ce candidat de la division qui se maintient au deuxième tour. Elle fait traîner et finit par refuser le communiqué. Pourquoi est-elle habitée par tant de haine ?

Cette 5e et dernière leçon de nos éditoriaux s’adresse à ses amies et amis du premier tour qu’elle s’apprête à trahir. En 2014, elle terminait son premier mandat de maire à la tête d’une ville de 100 000 habitants, arrachée après 50 ans de lutte menée par plusieurs générations de communistes. Elle était affublée de 62 % de vote dès le premier tour. La population l’a mise derrière. Malgré cette position délicate, elle mise sur la défaite du maire de Saint-Benoît, au lieu de sauver Saint-Paul. Pour justifier son refus, elle dira : « je ne peux quand même pas me tirer une balle dans les pieds ».

Conclusion : elle s’est tirée 2 balles dans les pieds, une à Saint-Benoît, une autre à Saint-Paul. Pire : son ami adjoint dissident est passé à droite. Grâce à elle, Saint-Benoît avait failli passer à Droite. On l’a échappé belle. Par contre, elle a sacrifié Saint Paul et les Saint Paulois. C’est un gâchis dont elle est totalement responsable. Avis à ceux et celles qui vont gaspiller un bulletin pour cette personne. Elle fonctionne "enmodeBello".

C’est une chance exceptionnelle d’avoir pu obtenir l’union du PCR et du Progrès pour les Régionales de décembre.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • A croire que le pouvoir se construit et se deconstruit au gré des humeurs, des mauvaises humeurs des uns et des autres, non ! arretons d’agir de la sorte , car les premiers victimes de ces ralés-poussés ce sont encore et toujours le peuple ! Ce peuple qui surveillent de prés son pointage au pole emploi, les jeunes qui trinquent pour trouver un stage, une formation, les personnes angoisses par toutes sortes de démarche admnistrative, les radiations des fiches de la caf pour cause chamboulement admnistratif donc qui se retrouvent plus qu’en dessous du seuil de pauvreté, les travailleurs qui bossent avec la peur au ventre, parfois ; n’en parlons plus les mairies qui à virent à droite , parfois aussi pour cause de mésentente untel avec untelle, ou autres, est-on vraiment conscient de tout cela ? quand des personnes n’ont jamais connus ces situations , il est aisé de disserté mais la réalité lé koriace pour toutes les personnes qui vivent ces situations angoissantes.
    Le combat, je le répete malgré tout, n’est pas à l’interieur de la gauche, nous ne prenons des risques quotidiennement pour arriver à ce résultat et réveiller les mauvais souvenirs et retourné 50 ans en ayer !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com