Edito

L’union, oui ! Encore plus forte et pour toute La Réunion

LB / 17 mars 2010

Pour remporter une seconde et grande victoire réunionnaise au 2ème tour des élections régionales, faut-il l’union la plus large des forces vives et démocratiques du pays ? Oui, bien sûr, et plus que jamais, car seule une telle union permet aux Réunionnais de régler leurs problèmes et de changer leur société vers le progrès, comme on l’a vu dans le passé.
Mais quelle union ? Sur quelles bases, sur quel projet et au service de qui ? Cette union n’a de sens que si elle se fait dans l’intérêt général des Réunionnais et notamment des personnes en difficulté (emploi, logement, pouvoir d’achat, formation, etc.).

Voilà le sens de l’appel à l’union et à la mobilisation des Réunionnais lancé dès dimanche soir par Paul Vergès au nom de l’Alliance. Un courrier a été aussitôt adressé dans ce sens à tous les responsables des listes susceptibles de participer à une telle union et des échanges cordiaux ont eu lieu.
Malgré l’accord de l’Alliance avec les propositions des dirigeants socialistes, ceux-ci ont refusé l’union. Par contre, un accord enthousiasmant a été conclu par l’Alliance avec la liste conduite par André Thien Ah Koon sur la base d’un consensus sur la nécessité de combattre ensemble la politique de casse sociale soutenue par Didier Robert.

Cette union renforcée de l’Alliance a été exaltée par Élie Hoarau lors de son intervention sur Télé-Réunion. Il a notamment rappelé comment il a pu travailler avec l’ancien député-maire du Tampon lorsqu’il était lui-même maire de Saint-Pierre et comment ils ont pu réaliser ensemble — sous des étiquettes politiques différentes — de grands projets comme l’aéroport de Pierrefonds et l’Université du Sud.
Comme a dit André Thien Ah Koon hier soir, « pour construire l’avenir, on a besoin de tous les maçons, quelle que soit leur opinion ». L’union pour la cohésion sociale, oui ! Aujourd’hui elle est encore plus forte, et dimanche elle sera victorieuse pour toute La Réunion.

L. B. 


Kanalreunion.com