Edito

L’urgence du « sursaut réunionnais »

LB / 22 avril 2010

Lundi dernier, le Parti communiste réunionnais a tenu une conférence de presse sur la base de plusieurs faits d’actualité pour montrer que ce sont autant de signes d’une situation sociale de plus en plus grave, avec des points de non-retour dans de nombreux secteurs. C’est pourquoi son secrétaire général, Élie Hoarau, a lancé un appel à « un sursaut réunionnais », c’est-à-dire à une prise de conscience individuelle et collective pour se mettre d’accord sur les conditions du redressement.
À partir de là, toute attitude et décision personnelle ou partagée qui aggrave encore la situation est difficilement acceptable. C’est le cas de la suppression, par les nouveaux élus de la Région, de nombreux projets fondamentaux pour La Réunion.

Que s’est-il passé dans l’actualité réunionnaise après cette conférence de presse du PCR ? Eh bien, voici deux exemples d’événements qui viennent conforter son analyse et le sens des responsabilités de ce parti politique réunionnais.
Mardi, les chefs d’entreprises de la Fédération réunionnaise du bâtiment et des travaux publics (FRBTP) tiennent une des conférences de presse les plus dramatiques de leur Histoire, avec des chiffres au contenu glacial sur 2,5 milliards d’euros perdus en termes d’investissements et 25.000 emplois qui auraient pu être sauvés. Mercredi, "Le Quotidien" publie un dossier sur le fait que « la misère s’incruste » à La Réunion, avec 100.000 foyers réunionnais rabaissés au minimum social.

Qui peut croire qu’on peut continuer ainsi encore pendant plusieurs mois et plusieurs années ? Sauf à faire partie du "1er monde" qui ignore totalement les souffrances des chômeurs, des précaires, des exclus et autres abandonnés, privés de moyens et de raisons de vivre, comment ne pas être conscient de cette impasse ?
Après les cris d’alarme lancés récemment par d’autres personnalités — comme Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, et Jean-Hugues Ratenon, responsable de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté —, le PCR est le premier parti dans l’île à appeler une fois de plus tous les acteurs du développement durable à travailler ensemble. D’où l’urgence du « sursaut réunionnais ».

L. B.


Kanalreunion.com