Edito

La Chine communiste en pôle position

Témoignages.re / 19 juin 2012

A Los Cabos, au Mexique, se tient actuellement la réunion du G20, le principal forum de coopération économique et financière qui représente 90% de la production mondiale ainsi que les deux tiers de la population mondiale. Les membres du G20 sont l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, la Turquie, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union européenne. Ils doivent plancher pour améliorer les conditions de la stabilité économique et financière en faveur d’une croissance forte et durable.

C’est un immense défi qui intègre l’expérience des pays en développement et repense l’équilibre du monde. Parmi ces pays, la Chine est très attendue au tournant de sa transition économique. Actuellement, chacun scrute ses succès technologiques en matière d’exploration de l’espace et des fonds marins. Cela vérifie l’ambition politique du pays qui n’est plus seulement « l’atelier du monde », mais se veut être la locomotive de la nouvelle croissance mondiale.

Hier, lundi 18 juin, le premier amarrage spatial effectué manuellement de la Chine a été réalisé avec succès. Selon le Centre du Contrôle aérospatial de Beijing, le vaisseau spatial habité Shenzhou-9 s’est amarré au module laboratoire Tiangong-1 qui tournait déjà en orbite depuis plusieurs mois. La Chine est désormais le 3ème pays à réussir pareille ambition, après les USA et l’ancienne URSS.

Le mois dernier, le submersible Jialong a conquis les profondeurs marines et depuis vole de record en record pour atteindre bientôt les 7.000 mètres. A ce stade, il pourra “se promener” partout dans les profondeurs abyssales. Les États-Unis redoutent cette avancée technologique, car ils n’ont pas encore signé les conventions qui régissent l’espace maritime.

Ces différents succès accompagnent le président chinois à Los Cabos et l’installent dans un rôle de partenaire sérieux. Mais l’impact est plus large. Quand on sait que M. Hu Jintao est aussi le premier des communistes en Chine, voilà qui interpelle tous ceux qui dénigrent les communistes et considèrent ces derniers comme des obstacles au progrès du monde. A méditer.

J. B.


Kanalreunion.com