Edito

La com’ passe, la réalité reste

J.B. / 4 juillet 2011

Notre pays a atteint à la fin du mois dernier un record très inquiétant : 147.820 inscrits à Pôle Emploi. Cette donnée, c’est bien la caractéristique d’une société en crise. Que faire devant cette réalité ? L’actualité récente a montré deux possibilités d’action.

La première, c’est de faire de la com’ en masquant totalement cette réalité, cela afin de pérenniser un ordre injuste qui profite à quelques-uns. Dans notre Histoire, jamais sans doute une institution n’a fait autant de campagnes de pub que depuis que l’UMP est aux commandes de la Région. L’UMP est incapable de tenir ses promesses, alors elle dépense des fonds publics pour décrire un pays imaginaire. Pourtant, tôt ou tard, la réalité se manifeste. La catastrophe vécue par le Mexique rappelle bien que la route du Littoral version Didier Robert n’est qu’une route de papier.
Cette com’ se décline aussi dans la diversion. Pour éviter que l’opinion s’attarde sur cette incapacité à tenir les promesses, le président de Région tente de faire croire que l’ancienne Direction de la collectivité est responsable de la crise… ce qui ne manque pas d’interpeller quand on sait que Didier Robert est membre du secrétariat national de l’UMP, le parti qui supprime des crédits, des emplois et des grands chantiers. Ce sont ces décisions qui sont responsables de la crise.

L’autre possibilité, c’est celle qui est choisie depuis sa création par le Parti communiste réunionnais : se lever face à la difficulté et œuvrer pour rassembler autour d’un projet construit à partir de la réalité. C’est notamment agir pour que les Réunionnais puissent proposer leurs solutions pour sortir de la crise, et prendre la responsabilité de les mettre en œuvre. Le Comité général qui vient de se tenir est fidèle à cette orientation.
Jamais La Réunion n’a été confrontée à une telle pénurie d’emplois, et dans le même temps, jamais elle n’a pu s’appuyer sur autant d’atouts potentiels. À des milliers de kilomètres à la ronde, aucun pays n’a une jeunesse ayant un tel niveau de formation. Jusqu’à l’an dernier, notre pays avait également montré qu’il est possible d’insuffler une dynamique permettant de concrétiser le mot d’ordre d’autonomie énergétique. Or, c’est précisément dans l’intégration des énergies nouvelles que se construit un nouveau modèle de développement. Nous pouvons redevenir les éclaireurs du monde.

52 ans après sa fondation, le PCR continue d’œuvrer pour rassembler. Cette longévité face aux attaques des démolisseurs, c’est bien la preuve que la volonté d’agir contre la crise est profondément ancrée dans la société réunionnaise.

J.B.


Kanalreunion.com