Edito

La démagogie de Didier Robert

LB / 18 mai 2010

Les Réunionnais se souviennent que Paul Vergès et ses amis ont proposé depuis des années la mise en place d’un partenariat institutionnel réunionnais, afin de fédérer les énergies de toutes nos collectivités pour relever nos grands défis et répondre aux besoins de la population en matière de développement durable. Ils se souviennent aussi que l’an dernier, cette proposition a été traduite concrètement par la Direction de la Région, qui a créé — en concertation avec d’autres partenaires institutionnels — une Société Publique Locale d’Aménagement (SPLA), appelée Maraïna, comme la première Réunionnaise.

Cette structure, destinée à favoriser les investissements des collectivités en matière d’aménagement du territoire et d’équipements publics (habitat, économie, formation…), a été constituée en avril 2009. Et, bien sûr, dans le respect des principes fondamentaux toujours défendus par Paul Vergès, la SPLA était ouverte à toutes nos collectivités.

Or, qu’a osé déclarer à ce moment-là le député-maire du Tampon, candidat à la candidature pour l’UMP aux élections régionales de mars 2010… ? Que sa commune en était exclue et que la SPLA était « une machine politique » au service de Paul Vergès.

Paulet Payet, représentant de Didier Robert à la Région durant le précédent mandat et aujourd’hui son remplaçant dans le fauteuil de maire au Tampon, avait même qualifié cet outil collectif du partenariat institutionnel réunionnais de… « société pour les amis » du président de l’Alliance. Ces mensonges et calomnies sont rappelés dans "Le Quotidien" d’hier.

Mais quelles intentions proclame aujourd’hui Didier Robert au sujet de cette structure ? D’après le même journal, « le président de la Région veut regrouper les 24 communes dans Maraïna » et en faire un « levier d’intervention d’un nouveau partenariat » entre la collectivité régionale et les municipalités.

Comment analyser un tel changement de discours en moins d’un an et quelle crédibilité lui donner, lorsque son auteur passe du dénigrement systématique de tout ce qu’a fait et programmé Paul Vergès à sa reconnaissance ? Il montre à quel point cette élection s’est faite sur une attitude entièrement négative, populiste, et il illustre la démagogie de Didier Robert durant sa campagne.

L. B.


Kanalreunion.com