Edito

La droite promet la casse sociale pour l’année prochaine

J.B. / 18 mai 2016

À moins de 6 mois de la primaire à droite, les candidats à la présidence de la République membres de ce courant dévoilent peu à peu leur programme. Ils révèlent qu’ils veulent aller beaucoup plus loin que la loi El Khomri qu’ils jugent trop timide. C’est une surenchère à droite qui s’est instaurée, à qui va être le plus offensif contre les conquêtes des travailleurs. Dans le journal « les Echos » du 10 mai dernier, Alain Juppé a donné un aperçu de son projet social.

Le candidat favori des sondages veut tout d’abord remettre en cause les 35 heures. Il promet que la durée légale du temps de travail reviendra à 39 heures, soit un bond de 20 ans en arrière. L’âge de la retraite sera porté à 65 ans. Il prévoit aussi une baisse des dépenses publiques de 85 milliards d’euros. Cela correspond notamment à une diminution des impôts payés par les riches. Alain Juppé veut supprimer l’ISF, baisser les impôts sur les sociétés et diminuer de 10 milliards d’euros les recettes apportées par les cotisations patronales destinées à financer la politique de la famille. Les cadeaux fiscaux ne sont pas pour tout le monde. Alain Juppé veut augmenter la TVA d’un point, alors que c’est un impôt injuste, car il ne correspond pas aux revenus.

Ces baisses de dépenses viseront en particulier les fonctionnaires. Il compte supprimer 250.000 à 300.000 postes en cinq ans. Il propose aussi que les nouveaux fonctionnaires recrutés à partir de 2018 auront le même régime de retraite que celui du secteur privé. Cela signifie donc un alignement sur la durée de cotisations, et pour La Réunion la suppression du bonus qui fait que trois années de cotisation pour un titulaire de la fonction publique en valent quatre.

La visite d’un autre candidat à la primaire de la droite est annoncée pour la fin du mois. Nicolas Sarkozy est sur la même ligne, avec en plus le projet de supprimer la sur-rémunération avec l’objectif d’intégrer les économies réalisées dans le budget de l’État.

À moins d’un an de l’élection présidentielle, la droite est favorite dans les sondages pour l’emporter. Ses candidats proposent une politique de casse sociale qui aura de très graves conséquences à La Réunion.

J.B.


Kanalreunion.com