Edito

La famine à Madagascar : reprendre le projet du sénateur Paul Vergès

J.B. / 13 août 2016

La famine dans le sud malgache ne date pas d’aujourd’hui, mais le phénomène semble s’installer de manière durable. L’UNICEF lance un appel à la solidarité. Nous avons là un cas pratique des recommandations de Paul Vergès qui demande de faire du changement climatique et de ses conséquences une cause supérieure pour tous.

Les médias ont salué comme il se devait les Jeux des jeunes de l’océan Indien à Antananarivo. Il aurait été intéressant de montrer à cette jeunesse comment elle se devait d’être encore plus solidaire, de leur parler des difficultés. On ne pourra pas continuer longtemps de cacher les réalités socio-économiques dans lesquelles les jeunes se débattent. Tout doit changer.

Paul Vergès a analysé les conséquences du changement climatique et ses conséquences directes. C’est lui qui est à l’origine de l’ONERC, une institution d’experts qu’il préside depuis plus de 12 ans. Mais, il est encore plus inquiet quand il projette l’impact de ce désordre inédit sur l’évolution démographique en cours. Il cite souvent le cas de Madagascar, pour souligner que c’est la convergence des phénomènes qui est le plus déstabilisant.

Sa conclusion est limpide : intervenir d’urgence pour s’adapter aux conséquences et agir en profondeur pour atténuer les risques prévisibles. Aujourd’hui, nous disposons des connaissances pour agir sur les 2 fronts, en même temps. Malgré cela, il n’est pas sûr de gagner la partie si nous continuons à fonctionner avec le mode de vie actuel imposé par la mondialisation capitaliste.

Maurice Gironcel a déjà réagi en tant que Conseiller départemental pour demander d’actionner l’urgence pour aider Madagascar. Le Conseil régional doit en faire autant. Le gouvernement français, également. D’abord, parce que c’est une ancienne colonie dont la population à sauvé la France de l’occupation nazie et ensuite, parce que la France préside aujourd’hui la COI.

Dans le contexte de ces crises d’ampleur inédite, la COI doit jouer un rôle d’avant-garde sinon elle est inadaptée aux enjeux d’avenir. La France et la COI devraient reprendre la proposition de Paul Vergès déposée au Sénat pour un projet de développement durable et solidaire des pays de la zone.

J.B.


Kanalreunion.com