Edito

La France n’est pas sortie de l’auberge !

J.B. / 15 novembre 2011

Ce n’est pas tous les jours qu’on trouve dans nos murs le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. Officiellement, il est venu donner une conférence. Le "JIR" l’a interrogé sur les mesures prises par le gouvernement pour éviter la dégradation de la note française : le fameux triple A.

Considérant sa position et son rôle, les réponses qu’il apporte sont très inquiétantes.

Ainsi, il déclare que « le triple A de la France ne sera pas menacé si (sic) elle réduit ses déficits ». Le conditionnel employé dans cette réponse montre qu’il n’a aucune certitude que la France ne soit pas affectée par une dégradation de sa note.

Il reconnaît que Bruxelles doute des 2 plans d’austérité votés par le gouvernement. Les instances européennes pensent que ce n’est pas suffisant. De nouvelles mesures sont donc à prévoir. En clair, il faut s’attendre à d’autres plans de réduction des dépenses et d’augmentation de la contribution des ménages. C’est exactement ce que nous disions, car la rigueur affaiblit la croissance. Il est donc impossible d’augmenter les recettes tirées de l’activité.

Mais, le gouverneur de la Banque de France esquive la réponse à la question de savoir si son homologue américain fait bien de produire et injecter 600 milliards de dollars. Dommage, car tout laissait à penser qu’il n’y avait qu’une seule façon de faire face à la crise : ponctionner la majorité de la population et faire cadeau aux riches. Or, les États-Unis agissent autrement.

Quant à la demande de Sarkozy de taxer les transactions, cela exige un consensus de toutes les forces politiques et sur toute la planète. Autant dire que c’est mission impossible. La France n’est pas sortie de l’auberge !

J.B.


Kanalreunion.com