Edito

La liaison Moscou-Beijing en TGV, 230 milliards, pourrait être réalisée en 5 ans

J.B. / 23 octobre 2014

La Réunion va perdre son avantage compétitif dans la guerre des prix qu’impose aux Réunionnais la compagnie monopolistique Air France depuis plusieurs décennies. Seule notre avancée technologique avec un Airbus A380 reconfiguré pouvait offrir aux Réunionnais des prix avantageux. Nous aurions été la première compagnie low-cost long courrier au monde. La responsabilité de l’échec prévisible relève de la méconnaissance du président de la Région des facteurs structurants du développement économique de notre île, et des problèmes du désenclavement aérien, en particulier. Nous sommes en train de tout perdre, et lui se complaît dans l’agitation médiatique. Mais l’histoire est cruelle vis-à-vis des décisionnaires d’un pays.

Par exemple, en 1879, commençait la construction du chemin de fer de La Réunion. Les travaux ont duré 4 ans et, malgré les ouvrages exceptionnels (tunnels et franchissement des ravines), Saint-Benoît était relié à Saint-Pierre, en 1882. Cela faisait seulement 31 ans que l’abolition de l’esclavage avait eu lieu. Pour les besoins du développement économique, une solution moderne et audacieuse a été trouvée par les acteurs de l’époque. Que ce soit en matières d’industrie ou de transport, notre île était, à ce moment-là, à la pointe de la technologie la plus avancée en référence au monde occidental. C’est cet avantage qui nous a été retiré par des élus du Conseil Général, dans les années 50, sept décennies après. Et, c’est toujours le président actuel du Conseil Régional qui a supprimé le Tram-Train, un projet déjà financé par Matignon : le rattrapage d’une erreur, un demi siècle après la fermeture définitive du chemin de fer.

Il n’aurait jamais atteint ce niveau d’abandon des intérêts de La Réunion s’il n’avait pas eu la caution des médias. C’est pourquoi vous ne trouverez pas dans ces mêmes médias l’annonce du protocole d’accord signé entre la Russie et la Chine de relier leurs capitales (Moscou-Beijing) par un train à grande vitesse [1]. La longueur sera de 7.000 kilomètres et la durée de liaison sera de 2 jours, soient 5 jours de gains sur le vieux transsibérien. Le coût estimé se monte à 230 milliards de dollars ! « Si le déblocage des fonds se déroule bien, cette voie ferrée peut être achevée au plus tôt en cinq ans, en faisant appel à des sous-traitants pour les différentes sections », a estimé Wang Mengshu, un expert chinois cité par le journal Jinghua Shibao.

Quand on veut le développement de La Réunion, c’est la volonté politique réunionnaise qui compte. Quand on ne veut pas développer La Réunion, on accuse le PCR pour amuser la galerie médiatique. Quant au PS, il portera longtemps son soutien à la victoire de Didier Robert qui aujourd’hui fustige le gouvernement socialiste. Quand on s’écarte des principes, voilà le résultat : pendant que les autres avancent, nous marchons à reculons.

[1La signature a eu lieu la semaine dernière lors de la visite du premier ministre Chinois, Li Keqiang, en Russie, dans un contexte de sanction de l’Occident contre la Russie.


Kanalreunion.com