Edito

La lutte paie

LB / 25 mars 2010

Dès dimanche soir, Paul Vergès, nullement abattu par le résultat des élections régionales à La Réunion, a appelé les travailleurs et les forces vives du pays à « se rassembler pour défendre les intérêts des Réunionnais et en particulier les plus vulnérables ». Voilà ce que souligne le secrétaire de la section PCR du Port dans son invitation au Comité électoral portois, qui se réunit ce soir.
Le responsable communiste portois félicite ses camarades pour leur « importante mobilisation durant cette campagne, qui a donné un résultat positif au Port (68,07% des suffrages exprimés pour l’Alliance) ». Et il ajoute : « L’heure est plus que jamais à la solidarité et à l’action. La lutte continue, camarades ! ».
"Témoignages" soutient les militants de toute l’île qui partagent cette conception de la politique. Et, pour aller dans ce sens, notre journal voudrait mettre en exergue aujourd’hui un événement qui date d’un an et dont bien des enseignements restent à tirer.
Cet événement est illustré par les étiquettes du COSPAR (Collectif des Organisations Syndicales, Politiques et Associatives de La Réunion), qui figurent dans toutes les grandes surfaces sur les produits de première nécessité. (notre photo) . Des produits dont les prix ont été diminués de 5 à 20% suite aux manifestations du COSPAR.
Grâce à ces combats massifs dans l’union et la solidarité, d’autres avancées sociales ont pu être obtenues. Mais évidemment, les droits fondamentaux de la majorité des Réunionnais ne sont toujours pas respectés en termes d’emploi, de logement, de pouvoir d’achat et de formation.
Il n’y a donc pas d’autre solution que de continuer le combat contre la politique injuste et discriminatoire de l’UMP, qui est la cause de cet "apartheid social". Car seule la lutte paie.

L. B.


Kanalreunion.com