Edito

La M.C.U.R. lé an lèr, pou mèt anlèr nout kapab

LB / 13 octobre 2009

Une dizaine de jours après l’inscription par l’UNESCO du maloya au patrimoine mondial de l’humanité, suite à des démarches effectuées dans ce sens par la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise (MCUR), l’équipe scientifique et culturelle de ce service public de la Région vient de publier deux nouvelles brochures : l’une présente en détails ce que sera et ce que fera cet équipement essentiel pour le développement durable et solidaire de La Réunion ; l’autre nous donne les éléments de la future exposition permanente de la MCUR consacrée au "berceau" de notre île : "le monde indiaocéanique du 5ème au 15ème siècle".

Lorsqu’on lit ces ouvrages et que l’on apprend des nouvelles comme celle de la reconnaissance de la culture de nos ancêtres esclaves au niveau mondial, on se dit : plus que jamais, la MCUR lé an lèr. Et plus que jamais on rêve de voir la construction prochaine de cette belle maison commune de notre peuple, à Saint-Paul, au-dessus de la grotte des premiers Réunionnais.
Comme le dit une brochure, un des objectifs fondamentaux de la MCUR est de faire respecter « le droit des Réunionnais à être fiers de leur culture et de leur pays en étant des citoyens actifs ». C’est pourquoi le projet réunionnais porté par les élus de la Région, du Département et de nombreuses Communes dans le cadre des États Généraux de l’Outre-mer inscrit cette réalisation parmi les priorités de notre développement humain.

Une des conditions du développement humain de La Réunion est qu’il soit mis en œuvre par les Réunionnais eux-mêmes, sur la base de leurs propres capacités et responsabilités. C’est dans ce sens que la MCUR sera un outil capital "pou mèt anlèr nout kapab".

L. B.


Kanalreunion.com