Edito

La maison brûle

J.B. / 23 octobre 2013

En Australie, des incendies font des ravages. Selon une dernière estimation, 120.000 hectares ont été touchés, ce qui représente la moitié de La Réunion. Le pays est touché par la canicule. L’été n’est pas encore officiellement commencé que la température flirte avec les 40 degrés. La moindre flamme attisée par les vents violents fait des dégâts considérables. La catastrophe est amplifiée par la nature des végétaux : les eucalyptus. Ils couvrent plus de 90% des forêts en Australie, et leur sève est très inflammable. Malgré une trentaine de bombardiers d’eau, les Australiens n’arrivent pas à stopper la progression des flammes.

Tout comme La Réunion, l’Australie est touchée par une sécheresse exceptionnelle. C’est ce que rappelle RFI : « les feux de brousse sont habituels en Australie. Mais cette année, la saison des feux démarre avec trois mois d’avance. L’Australie vient de vivre les 12 mois les plus chauds et secs de son histoire depuis la création des relevés météos. Et beaucoup de scientifiques se succèdent dans les médias australiens pour expliquer que cette météo anormale est due au changement climatique » .

Les télévisions montrent des maisons réduites en cendres, des familles évacuées, et l’assombrissement du ciel de Sydney. La plus grande ville d’Australie risque d’être cernée par les flammes. Et pas l’ombre d’une pluie à l’horizon.

La Réunion vit la sécheresse la plus grave depuis 50 ans. Un premier incendie a déjà ravagé une trentaine d’hectares à la Roche écrite. En ce moment, des pompiers sont mobilisés pour éteindre un feu dans l’Est, la région théoriquement la plus arrosée. Les conditions d’une catastrophe aussi grave qu’en Australie sont réunies. Cela fait réfléchir.

Car en quelques jours, une surface représentant la moitié de La Réunion, ou cinq fois la superficie totale plantée en cannes, a brûlé en Australie, à cause de la sécheresse et des vents. Voilà ce qui peut nous arriver.

Voici quelques années, qui aurait pu penser qu’une catastrophe aussi grave puisse se produire aussi rapidement ? Le changement climatique a changé complètement les données. Les plus de 100.000 hectares détruits font que c’est devenu une évidence pour l’Australie. Mais à La Réunion, la prise de conscience n’est pas encore à ce niveau alors que le changement climatique n’a pas de frontière. Décidément, la maison brûle et nous regardons ailleurs…

J.B.

 


Kanalreunion.com