Edito

La mobilisation des prochains mois

LB / 26 décembre 2009

Lundi dernier, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) a tenu une conférence de presse pour demander aux pays riches de verser d’urgence leur contribution au fonds de 30 milliards de dollars destiné à aider les pays les plus pauvres à faire face aux effets du réchauffement climatique. Ce fonds, à constituer durant les trois prochaines années — soit 10 milliards par an de 2010 à 2012 —, est prévu dans l’accord rédigé par les pays riches au Sommet mondial de Copenhague sur le climat.
Le lendemain, Ban Ki-moon a lancé un appel devant l’Assemblée générale de l’ONU à tout faire pour la réussite du Sommet prévu en septembre prochain afin d’atteindre les Objectifs millénaire du développement (OMD) d’ici 2015. Ces OMD, fixés en septembre 2000 par les dirigeants de la planète dans la "Déclaration du Millénaire", ont notamment pour but de réduire de moitié la pauvreté sur la Terre.

L’urgence de ces appels du responsable de la plus haute instance internationale en vue de « concrétiser les promesses de développement faites depuis longtemps aux populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète » est confortée par ce qui s’est passé à Rome lors des derniers Sommets de la FAO (Organisation de l’ONU pour la nourriture et l’alimentation). En novembre, Jacques Diouf, directeur général de la FAO, a déclaré qu’« un investissement de 30 milliards d’euros d’aide officielle au développement en faveur de l’agriculture des pays pauvres est nécessaire ».
Un appel non entendu par les dirigeants mondiaux, alors qu’ils « ont pu débloquer des millers de milliards de dollars en un temps très court » en faveur du monde bancaire spéculatif, regrette Jacques Diouf. Il va donc falloir se mobiliser dans le monde entier au cours des prochains mois pour combattre ce système ignoble du partage des revenus.

À La Réunion, ce combat pour diminuer au moins de moitié la pauvreté d’ici cinq ans n’est-il pas aussi une priorité ? Et n’y a-t-il pas assez d’argent à La Réunion, à répartir de façon équitable, pour que plus de 400.000 Réunionnais sur 800.000 ne soient plus sous le seuil de pauvreté ?
Dans notre île comme dans le monde, nous ne pouvons pas accepter que les intérêts de quelques privilégiés passent avant la souffrance des plus pauvres. Notre mobilisation des prochains mois a pour but principal de changer le rapport de forces et de dire halte à la pauvreté !

L. B.


Kanalreunion.com