Edito

La nouvelle route en mer face à la réalité des cyclones

J.B. / 7 avril 2015

En ce début de mois d’avril, le passage d’un cyclone est annoncé au large des côtes pour la fin de la semaine. Fort heureusement, il ne devrait pas passer à moins de 500 kilomètres de l’île. Il devrait transiter entre Maurice et Rodrigues avant de s’échapper vers le Sud.

Ce phénomène est là pour rappeler l’étendue de la menace. Les cyclones peuvent encore se former au mois d’avril. Ce n’est pas une tempête tropicale modérée comme Haliba, les vents seront plus violents.
Même en passant loin de notre île, ce phénomène apportera des pluies. Il amènera aussi une forte houle. Ces vagues mettront le littoral à l’épreuve.

Cette perturbation va une nouvelle fois rappeler la réalité. Chaque passage d’une perturbation inflige d’importants dégâts aux travaux préparatoires de la nouvelle route en mer. La tradition sera sans doute respectée une fois de plus. Cela retardera encore plus le lancement du vrai chantier et donc alourdira davantage la facture payée par le contribuable, qu’il emprunte ou non la route du littoral.

À l’heure où le changement climatique impose sa loi, certains veulent faire croire que La Réunion est une île isolée du monde pour ce qui concerne la montée du niveau de la mer et les dégâts causés par les vagues des océans. Gageons qu’il ne faille pas attendre qu’un drame survienne pour qu’enfin la raison l’emporte. Le projet de nouvelle route en mer, dite nouvelle route du littoral, a déjà coûté trop cher aux Réunionnais. Il est plus que temps d’arrêter les frais.


Kanalreunion.com