Edito

« La pauvreté n’est pas une fatalité »

J.B. / 7 août 2013

« La pauvreté n’est pas une fatalité, la précarité n’est pas un fléau qui s’abat au hasard sur une partie de la population, ce n’est pas non plus une marque d’infamie », c’est ce qu’a dit Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, le 11 décembre 2012 à l’occasion de la clôture de la Conférence nationale contre la pauvreté.
Le prolongement de cette conférence, c’est un plan avec, selon le ministre des Outre-mer, une déclinaison à La Réunion. C’est dans ce but que viendra dans notre île l’ancien secrétaire général de la CFDT. Voilà posée une grande échéance pour ces prochaines semaines.

À La Réunion, la pauvreté est massive. Près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté français, c’est une proportion bien plus grande que dans l’ancienne métropole. Cela veut dire que les causes ne sont pas une crise économique. La pauvreté trouve son origine dans notre histoire, celle d’un pays où plus de la moitié de la population était réduite en esclavage, avant d’être considérée comme le sujet d’un gros propriétaire terrien ou d’un usinier. Cet héritage historique fait que les pauvres sont d’abord des descendants d’esclaves ou d’engagés, auxquels s’ajoutent les victimes de la crise économique.
C’est pourquoi la lutte contre la pauvreté va au-delà du redressement économique, elle comprend aussi la remise en cause de codes qui persistent dans notre société, plus de 150 ans après l’abolition de l’esclavage.

Si le Premier ministre dit que « la pauvreté n’est pas une fatalité », c’est bien que le gouvernement compte mettre des moyens pour la combattre. À La Réunion, la moitié de la population la subit et cela ne peut plus durer.
En créant des emplois durables, alors il sera possible de faire reculer la pauvreté. Comment y arriver, c’est là que le débat s’ouvre.
Voilà où se situe aujourd’hui le niveau de responsabilité de la classe dirigeante actuelle. Pourra-t-elle se rassembler et proposer à François Chérèque un plan réunionnais de lutte contre la pauvreté par l’emploi ?

J.B.


Kanalreunion.com