Edito

La Poudrière du Moyen-Orient prête à exploser ?

J.B. / 25 novembre 2015

Il y a un siècle, le monde était en pleine guerre. Cette Première guerre mondiale était le premier conflit qui touchait toute la planète. Mais son déclenchement est un événement qui ne semblait pas au départ prendre une importance aussi grande.

Dans les années qui précédaient cette guerre, la zone de conflit la plus connue se situait dans les anciennes provinces de l’Empire Ottoman devenues récemment indépendantes. Cela s’appelait la Poudrière des Balkans. En 1912, la Serbie, Bulgarie, Grèce se sont d’abord liguées contre l’ancienne Turquie. Puis l’année suivante, la Serbie, la Grèce, la Roumanie et l’Empire Ottoman se sont alliés contre la Bulgarie. L’Autriche-Hongrie a profité de cet affaiblissement de l’Empire Ottoman pour occuper la province de Bosnie – Herzégovine puis l’annexa en 1911.
Le 28 juin 1914, l’archiduc d’Autriche François-Ferdinand et son épouse Sophie Chotek sont en visite à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. Ils sont assassinés par un nationaliste. Au moment des faits, cet événement n’apparaissait pas comme une déclaration de guerre. C’était la mort d’un couple princier dans une province contestée des Balkans. Mais l’exploitation politique qui en a été faite a conduit à la guerre. En un mois, tout avait basculé, à partir d’un fait survenu dans la Poudrière des Balkans.

Aujourd’hui, une des régions du monde les plus instables est le Moyen-Orient. Les interventions des armées de l’OTAN en Afghanistan puis en Irak ont commencé à faire vaciller les équilibres datant de la Première guerre mondiale. Le soutien des Occidentaux aux opposants au gouvernement syrien ont déstabilisé totalement la région. Cela a permis l’installation à cheval sur la Syrie et l’Irak d’un État autoproclamé dirigé par une organisation terroriste. Désormais, cette région est aussi appelée la Poudrière du Moyen-Orient.
Mardi, un avion russe a été abattu. Ses pilotes sont tombées dans les lignes tenues par les opposants au gouvernement syrien, quelques kilomètres à l’intérieur de la Syrie. La Turquie a revendiqué l’attaque prétextant une violation de son espace aérien et appelle l’OTAN au secours. La Russie affirme que l’avion était au-dessus de la Syrie, et dénonce « un coup de poignard des complices des terroristes ». Le gouvernement russe rappelle que le pétrole qui sert à financer Daech transite par la Turquie avant d’être écoulé sur le marché mondial. Quant au gouvernement syrien, il dénonce un acte de guerre commis dans son espace aérien.

Au même moment, le président français cherche à unir différentes coalitions contre les terroristes, la décision d’un membre de l’OTAN pose un obstacle majeur. La Poudrière du Moyen-Orient est-elle prête à exploser ?


Kanalreunion.com