Edito

La priorité à la NRL pénalise toute La Réunion

J.B. / 26 février 2016

À chaque forte pluie, c’est le même problème. Depuis mercredi, d’importantes précipitations s’abattent sur La Réunion. Elles provoquent une série d’éboulis, de radiers submergés. La route du littoral est basculé. Ces soucis de circulation s’aggravent à chaque fois, car le nombre de voitures ne cesse d’augmenter.

C’est la conséquence logique d’une politique. Depuis l’arrivée de Didier Robert à la présidence de la Région Réunion, un projet est mis en avant : la route en mer dite nouvelle route du littoral ou NRL. Manifestement, les autres routes ne bénéficient pas de la même priorité. La Région Réunion a la responsabilité des routes nationales, construction et entretien. Jusqu’en 2010, cette collectivité a réussi à mener à bien de nombreux projets dans ce domaine. C’est notamment la mise en 4 voies de Petite-Ile à Saint-Benoît en passant par Saint-Denis. On ose imaginer en effet quelle aurait été la situation de La Réunion si la route des Tamarins n’avait pas été construite par Paul Vergès. Obligés de passer par les bas, les automobilistes auraient perdu des heures dans les embouteillages à Saint-Leu, Saint-Gilles les Bains et Saint-Paul. Et n’oublions qu’en cas de forte pluie, il arrivait que l’ancienne route nationale 1 soit coupée entre La Saline les Bains et Saint-Gilles les Bains pour cause d’inondation.

Malheureusement, Didier Robert n’a pas suivi l’exemple de ses prédécesseurs. Depuis son arrivée à la direction de la Région Réunion, aucun projet structurant routier n’a été lancé. Celui de la NRL ne répond pas à cette définition, car elle n’est que le déplacement d’une route déjà existante. Mais pendant ce temps, le nombre de voitures continue d’augmenter au rythme moyen de 20.000 nouvelles immatriculations par an. Ce sont donc 100.000 voitures supplémentaires qui sont venues encombrer un réseau de routes nationales qui n’a pas évolué. Et cela ne va pas s’arranger, car tous les projets initiés par la mandature de Paul Vergès restent dans les cartons. Aucune nouvelle de la route de moyenne altitude amorcée par la construction de la route des Tamarins et du pont de l’Entre-Deux, la Croix du Sud censée désenclaver Le Tampon, La Rivière et Saint-Pierre est au point mort. Quant à la Rocade Sud du Tampon, Didier Robert a fait arrêter le chantier. Les coupures toujours plus fréquentes de la route de Cilaos rappellent l’urgence d’engager des fonds pour sécuriser cet axe vital pour une commune enclavée, peuplée par plusieurs milliers d’habitants et qui accueille des centaines de milliers de touristes par an.

Le choix de donner la priorité à la NRL pénalise tous les Réunionnais. Il est temps de mettre fin à ce gaspillage pour libérer les énergies nécessaires à la résorption des embouteillages. Car La Réunion est une île tropicale, et les fortes pluies font partie du climat.


Kanalreunion.com