Edito

La rentrée des classes, programmée dans 3 semaines, aura lieu dans un contexte social très tendu

J.B. / 29 juillet 2013

La rentrée des classes est programmée dans 3 semaines. C’est un moment important pour toute la société. De la manière dont les problèmes sont anticipés dépend la maîtrise de l’évènement.

En effet, l’année scolaire 2012-2013 est à peine terminée et de nombreux problèmes demeurent sans réponses.

Tout d’abord, le débat sur le calendrier scolaire a été bâclé et il reste en travers de la gorge de beaucoup d’acteurs de la communauté éducative. Les inspirateurs de cette ineptie ont tellement honte de leur invention qu’ils n’osent même pas la défendre publiquement. Une telle atteinte à la dignité des enfants réunionnais ne doit pas rester sans réaction. Car il est intolérable que de nos jours, de nouveaux colonisateurs agissent impunément contre les réalités réunionnaises et l’avenir de nos enfants.

Ensuite, nous n’avons aucune connaissance sur l’avenir des jeunes sortis du cycle scolaire cette année, ou qui poursuivent leurs études. Il nous revient que beaucoup rencontrent les pires difficultés pour s’installer, et la spéculation locative va bon train. Qu’attendent les services de contrôle de la concurrence et de la fraude pour sanctionner les profiteurs en tout genre ? Les parents en ont marre de dépenser encore des milliers d’euros pour les études de leurs enfants. D’autres sont totalement perdus devant la mauvaise orientation des établissements qui a conduit leurs enfants à l’impasse, obligés de tourner en rond à la maison.

Et, il y a les problèmes inhérents à la nouvelle rentrée.

Les collectivités auront-elles les moyens en personnel cette année pour assumer une rentrée normale ? Ou alors allons-nous assister, comme l’an dernier, aux désordres qui ont conduit à des manifestations légitimes de demandeurs de contrats ? La campagne municipale qui s’ouvre bientôt ne laissera pas les chômeurs sans réaction, tellement ils attendent depuis longtemps une amélioration de leur situation. Les derniers chiffres publiés montrent que le nombre de demandeurs d’emploi a atteint un sommet critique. A laisser pourrir la situation, les pouvoirs publics jouent avec le feu et sont de véritables inconscients.

D’une manière générale, rien ne va plus. Les entreprises se déclarent en cessation d’activités. Les investisseurs sont totalement désorientés. Les collectivités devront contribuer à l’effort d’austérité et disposeront moins de dotation. Les élus nouvellement désignés étalent leur inefficacité. Les Réunionnais n’ont jamais vu un tel spectacle de laxisme et d’absence de direction politique claire. Ce n’est pas la peine de dire que tout va bien alors que c’est le contraire.

La semaine écoulée a montré que plus personne ne contrôle quoi que ce soit : on nage en pleine cacophonie. Face à cela et avec lucidité devant les difficultés, le Sénateur Paul Vergès appelle à la sagesse et à l’union sur l’essentiel. Pour sa part, le PCR demande que tous les partis et divers acteurs se rencontrent pour mettre sur la table leur proposition. Y a-t-il une autre voie que celle de la responsabilité entre Réunionnais pour sortir d’une crise qui n’a que trop duré ? La prochaine rentrée des classes devra-t-elle se tenir dans ce contexte social tendu ?

J.B.


Kanalreunion.com