Edito

La Réunion est sérieusement menacée par la désorganisation de la distribution équitable de l’eau

J.B. / 24 octobre 2013

La CISE vient d’annoncer que dans l’Est, des milliers d’habitants sont privés d’eau. Or, cette région est la plus arrosée de l’île et le gestionnaire de l’eau est très bien payé pour faire son travail. Nous ne sommes pas encore en période cyclonique, où la violence de la nature peut causer des dégâts au circuit de distribution de l’eau. Le fermier se dédouane comme il peut en pointant du doigt la sécheresse et la mauvaise conduite des usagers.

La sécheresse a bon dos.

Hier, la CISE a lancé une alerte selon laquelle les villes suivantes étaient affectées par une pénurie d’eau : Salazie, Saint-André et Sainte-Marie. Au total, 12.500 abonnés sont concernés. La question est de savoir comment en est-on arrivé à ce point ?

Les vieux camarades se rappellent que cette région disposait d’un gros potentiel d’eau, qu’il y existe plusieurs rivières où l’eau coule en permanence, et qu’une usine hydroélectrique a même été construite sur l’une d’entre elles. Quant aux élus, ils étaient tellement persuadés que cette partie de l’île était généreuse en eau qu’ils se sont permis de construire un tunnel pour capter puis transférer une partie de cette eau vers l’Ouest, la région la plus sèche de l’île. Du coup, l’Ouest apparaît comme mieux organisé pour résister aux aléas de la nature que les communes de l’Est.

Tout cela date à peine de trente ans.

Comment en trente ans, des élus bien avisés et des experts n’ont pas su anticiper sur une période aussi courte ? Quand, sera-t-il dans les vingt-cinq ou trente années prochaines, quand la population réunionnaise aura atteint le million d’habitants et que les besoins auront augmenté considérablement ? Il est temps que ce beau monde se mette autour de la table avec les usagers de l’eau, pour étudier des solutions immédiates, mais assurer en même temps de profondes réformes, afin de mieux partager nos ressources à l’avenir.

Les élections municipales de 2014 seront une bonne occasion pour mesurer l’intérêt que portent les candidats à ce problème essentiel. La Réunion est sérieusement menacée par la désorganisation de la distribution équitable de l’eau.

J.B.


Kanalreunion.com