Edito

La révolte gronde aux Camélias à Saint-Denis

J.B. / 28 septembre 2017

JPEG - 13.7 ko

Hier, une manifestation spontanée a réuni de nombreuses personnes dans le quartier des Camélias à Saint-Denis. Pendant plusieurs heures, les manifestants ont filtré la circulation à un rond point stratégique.

Le point de départ est une affaire impliquant un conducteur de bus et un jeune du quartier. Le jeune a en effet été écrasé à la suite d’une manœuvre du bus. Une enquête est en cours pour faire la lumière sur cette affaire. La famille de la victime demande des explications et surtout des excuses. Elle a reçu la solidarité de nombreux habitants des Camélias qui ont décidé de se faire entendre.

Ce mouvement a été l’occasion de faire entendre d’autres revendications. Elles portent notamment sur les transports publics à Saint-Denis. Comme ailleurs à La Réunion, l’automobile est la reine de la route. Son acquisition est donc un moyen d’améliorer ses déplacements. Or, beaucoup d’habitants des Camélias n’ont pas de quoi se payer une automobile et dépendent des bus pour se déplacer. Le moins que l’on puisse dire est que dans ce domaine, les autorités compétentes à Saint-Denis suscitent le mécontentement. Il suffit de se souvenir des manifestations d’usagers lors des changements d’horaire et de desserte. Elles soulignent que les responsables ne prennent pas le bus pour aller travailler ou faire leurs courses.

Les manifestants d’hier déplorent l’attitude de certains chauffeurs, et le mépris des responsables des bus à Saint-Denis qui n’avait toujours pas adressé à la famille d’excuses officielles plus de 24 heures après les faits. Il faut dire que Saint-Denis est une ville où l’embouteillage est quasi-permanent. La faute à une politique qui favorise le tout-automobile. Une réalisation très médiatique comme le téléphérique ne règlera rien dans ce domaine. En effet, l’orientation stratégique prise par cette municipalité a été d’être contre le projet de train porté par l’ancienne majorité régionale. L’intérêt de la population était passé sous silence au profit de calculs politiciens car la principale bénéficiaire du tram-train, c’était la population de Saint-Denis qui pouvait avoir l’espoir de voir les embouteillages se résorber. Au lieu de cela, les bus sont englués dans la circulation et au moindre accident, des milliers d’usagers sont pris en otages. Tout cela ne peut que générer l’exaspération des citoyens qui n’ont alors pour seul interlocuteur que le chauffeur du bus, et pas les responsables de leurs problèmes qui sont bien à l’abri dans leurs bureaux protégés par des vigiles.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Vive le retour du train, qu’enfin les décideurs se décident, pour nous et eux aussi, s’ils désirent quitter leurs véhicules payées et climatisés, conduits même parfois en plus. La Réunion s’encrasse par tous les déchets que l’on produit, pour frimer, être à la mode qui se démode, on marche sur la tête ici. Rien n’empèche que l’on encourage aussi le vélo comme les vélibs dans de nombreuses villes de métropole. Là bas, pour le même prix que son billet,on peut mettre son vélo dans le wagon mixte des TER, il suffit de le suspendre, il nous suit dans son trajet. J’espère que l’on pourra faire de même avec les téléphériques, surtout pour les montées, en attedant le retour du train, enfin ici, que les gramounes regrettent, ils ont bien raison, Arhur, bon WE à tous.

    Article
    Un message, un commentaire ?