Edito

La voix blanche d’Objectif Réunion

Geoffroy Géraud-Legros / 2 avril 2011

Franchement, quelqu’un a-t-il compris ce qu’a raconté Cyril Hamilcaro à la presse, lors de la plénière inaugurale de la nouvelle mandature ? Rappelons brièvement les faits : candidat présenté par l’opposition à la présidence du Conseil général, M. Hamilcaro s’attendait légitimement à recueillir les 16 seize voix des conseillers généraux de son groupe, « Objectif Réunion ». Or, 15 voix seulement s’exprimèrent en sa faveur, le dépouillement comptabilisant un bulletin blanc. Interrogé par les journalistes présents, l’ancien maire de Saint-Louis déclara que l’auteur du vote blanc n’était autre que… lui-même.
Un geste qui, selon lui, avait une portée tactique forte : ayant entendu dire qu’un conseiller « d’en face » allait voter blanc, et que l’un des conseillers généraux de son groupe pourrait rejoindre l’autre bord, M. Hamilcaro décida, selon ses dires, que la meilleure réplique à ces intrigues souterraines consistait à se priver de son propre suffrage. Bref, l’élu du Nouveau centre nous raconte n’importe quoi. Il aurait pu, au moins, prétendre ne pas avoir coulé son propre bulletin par modestie : d’autres l’ont fait, en d’autre temps. Mais c’était il y a belle lurette : les mœurs politiques sont aujourd’hui bien moins policées. Et puis, à la réflexion, cette excuse aurait sans doute été moins crédible encore, Cyril Hamilcaro n’ayant pas, jusqu’à présent, brillé par son humilité et son détachement envers les honneurs et le protocole.
Soyons un peu sérieux : évidemment, Cyril Hamilcaro a bien voté pour lui-même. Et il était sans doute à mille lieues de se douter que l’un des membres d’« Objectif Réunion » allait lui infliger le camouflet d’un bulletin blanc, le jour où la sarkozie réunionnaise le désignait comme son porte-parole au sein du Conseil général. Face à cet affront, il lui fallait bien trouver une parade ; fidèle à lui-même, Cyrille Hamilcaro a tenté de s’en tirer par de l’enfumage et une bonne poignée de poudre aux yeux, balancés effrontément à une opinion qu’il semble vraiment, pour le coup, considérer comme un ramassis d’imbéciles prêt à gober n’importe quelle couleuvre. Reste que quelqu’un a bel et bien voulu signifier à M. Hamilcaro que l’adhésion n’était pas si monolithique qu’il veut bien le croire et le faire croire. Quelqu’un qui, nous dit-on à l’oreille à notre droite, n’est pas seul. D’après nos tuyaux, les trois ans qui viennent pourraient ne pas être de tout repos du côté d’« Objectif Réunion ».

G.G.-L.


Kanalreunion.com