Edito

Laurence : la rassembleuse

J.B. / 5 novembre 2012

C’est à la vitesse de l’électron que le décès de Laurence a été connu, à La Réunion et dans le monde. Presque de l’instantané. En retour, les premières réactions ont été aussi très rapides. On est bien loin du temps où il fallait des « commissaires » pour aller porter la nouvelle de maison en maison. Le temps de la veillée, une nuit, suffisait pour permettre à chacun de se déplacer et rendre hommage au défunt, tout en soutenant la famille dans ses épreuves. A juste raison, les Réunionnais disent souvent que la mort réunit les vivants. 

Des amis et parents que la vie a éloignés font beaucoup pour se retrouver, l’instant d’un partage. C’est la nouvelle réalité qui s’impose à nous. Les Réunionnais sont partout dans le monde. Ils peuvent organiser le déplacement dans un temps record. Le monde est devenu un village et la maîtrise du temps a raccourci la distance. Elle aura donc réussi à nous rassembler.

Laurence aura à ses côtés : ses filles, Claude qui vient du Panama, et Françoise qui était en mission en Éthiopie, ainsi que son beau-frère, Jacques Vergès. Avec les autres membres résidents sur place, notamment Pierre et Paul, la famille sera au complet.

Laurence aura aussi à ses côtés ses camarades militants : les membres du PCR, bien sûr, ses collègues du journal “Témoignages”, évidemment, mais surtout ses nombreuses amies qui l’ont côtoyée à l’Union des Femmes de La Réunion. Et beaucoup d’anonymes.

Cependant, il restera toujours une énigme : pourquoi des officiels se sont donné tant de peine à lui témoigner le geste généralement réservé à des élu(e)s ? Elle qui n’est pas connue pour des mandats électifs même si elle fut candidate à plusieurs reprises, au nom du PCR. C’est probablement la preuve que la reconnaissance vient de ses multiples engagements, et qui lui ont assuré une certaine notoriété publique. Il faut dire que 65 ans aux côtés de l’Homme politique Paul Vergès ont créé le mythe d’un couple résistant à toute épreuve.

Demain, nous serons nombreux pour l’accompagner à sa dernière demeure. Dernière ? Pas si sûr ! En effet, beaucoup la garderont dans leur cœur et dans leur souvenir : question de la maintenir toujours vivante.

J.B.


Kanalreunion.com