Edito

Le 10 mai : l’appel à l’Egalité. Bannir le racisme, l’exclusion, l’ignorance, le complexe...

J.B. / 12 mai 2014

Le 10 mai, tous les médias de La Réunion ont beaucoup parlé de ce qui se passe en France, sans occulter les aspects polémiques. Quasiment rien de ce qui était organisé à l’Espace Citoyen de Saint-Paul n’a trouvé d’intérêt à leurs yeux. Cet ostracisme n’est pas malveillant, il vient hélas illustrer le thème générique de la Conférence qui invitait à réfléchir aux séquelles laissées depuis l’application du Code Noir jusqu’à la reconnaissance de l’Esclavage, crime contre l’Humanité. Près de 3 siècles de distance, et toujours la volonté d’organiser l’ignorance !

Et, pourtant, tout observateur impartial, pouvait constater le travail accompli par l’Espace Citoyen et ses partenaires. Une salle verte de 200M2 a été montée de toutes pièces pour offrir un cadre de travail très traditionnel et sympathique. Un public attentif aux divers intervenants et très participatif. Un repas fraternel offert, militant et solidaire. Tout ce qu’il fallait pour concrétiser le slogan : « Solidarité-Partage ».

Tous les efforts qui sont faits pour sortir l’histoire réunionnaise du fénoir doivent être encouragés. C’est la raison d’être d’un parti comme le PCR. Il faut ajouter à l’éloge, le journal Témoignages. Le PCR et Témoignages sont deux acteurs essentiels de l’éveil de la conscience identitaire réunionnaise. Ils abattent un travail immense qui est aujourd’hui à la disposition de tous.

Pour ne prendre qu’un exemple, le Maloya a été sorti du fénoir en 1976, au Congrès du PCR ; c’est là que les premiers disques ont été enregistrés. Son inscription au patrimoine mondial de l’Humanité a été possible grâce à la Région et à la MCUR. Comment ne pas souligner la clairvoyance de Paul Vergès et l’efficacité de Françoise Vergès. Mais sans le travail de transmission des anciens, souvent des anonymes, tout cela n’existerait plus aujourd’hui. C’est comme le Dodo, on en parle...mais sans plus.

Pour en revenir au 10 mai, comment réconcilier ceux qui ont profité du Code Noir avec les victimes du Code Noir, dans le cadre de la République qui prône l’Egalité ? La reconnaissance qu’il y a eu crime et l’inscription dans l’histoire sont un pas de géant. Cela nous ouvre les portes dans la compréhension de phénomènes dont nous n’avons pas été témoins, mais dont les conséquences pèsent sur le présent et nous empêchent d’aller vers un avenir partagé qui réclame courage et dépassement. Même si les préjugés ont la vie dure, il faut rejeter le racisme, l’exclusion, l’ignorance, le complexe. Le 10 mai est un appel à l’Egalité. Pas capable, lé mort sans essayé.

 J.B. 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le développement de la Réunion, que ce soit sur le plan culturel,social,économique etc...passe obligatoirement par le respect des différences.

    L’arpatheide social, les préjugés, j’emploierai pas la mise en quarantaine , doivent etre fermement combattus car ce sont des germes de la négation de l’HOMME.

    Le PCR à travers ses combats ,ses luttes, fût, est ,et sera toujours à la pointe de avancés pour le respect de l’Homme réunionnais et évidemment là où l’étouffement de la justice est présent.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com