Edito

Le 19 mars 1946 et l’extrême pauvreté

J.B. / 19 mars 2013

Aujourd’hui, 19 mars 2013 sera marqué par 2 évènements qui n’évoluent pas dans le même registre : une Conférence-débat et une action contre la pauvreté extrême. Pour autant, n’y a-t-il vraiment aucun lien entre les deux initiatives ? L’extrême pauvreté n’est-elle pas une contradiction que le régime politique du 19 mars n’arrive pas à résoudre ?

Ce soir, à 18h, le PCR organise une conférence-débat, à l’Hôtel le Saint Denis, sur le thème : « la loi Vergès-de Lépervanche abolissant le régime colonial et classant La Réunion en Département a été votée le 19 mars 1946. Soixante-sept ans après : le dépassement d’une époque, l’ouverture d’une ère nouvelle ». Dans le contexte de crise multiple que nous connaissons, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un changement d’ère et appeler à la responsabilisation. Les réalités ont fini par s’imposer aux conservateurs les plus rétrogrades. Aujourd’hui, l’énergie, l’alimentation, la pêche, le transport, le logement, l’emploi... sont autant de secteurs dont le développement appelle des mesures autonomes.

Soixante-sept ans après le vote de la loi du 19 mars 1946, de nombreuses contradictions sont apparues qui demandent des solutions audacieuses et inédites. La pénurie d’emplois et de logements, la faiblesse des revenus et la cherté des prix ne peuvent perdurer, car les souffrances deviennent insupportables. Un appel a été lancé le 18 décembre 2012, à l’Ermitage, pour sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics sur l’extrême pauvreté qui sévit dans notre société. De nombreuses personnes survivent avec moins de 5 euros par jour et par personne. Exaspérés par cette inhumanité, les initiateurs de l’Appel iront déposer, cet après-midi, en Préfecture un courrier à l’adresse du Président de la République, garant de l’Egalité entre les citoyens.

La situation est paradoxale, car la loi du 19 mars 1946 était sensée corriger les inégalités et les injustices issues du passé colonial. En dénonçant l’extrême pauvreté un 19 mars, les initiateurs rappellent une des contradictions de ce régime d’intégration à outrance : d’un côté des sur-rémunérés et de l’autre des personnes qui se trouvent dans le dénuement. C’est en ce sens que les 2 évènements sont liés.

J.B.


Kanalreunion.com