Edito

Le bilan de la visite présidentielle, un mois après

J.B. / 3 octobre 2014

Le mois d’octobre est déjà entamé et nous n’avons toujours aucune bonne nouvelle après le passage de François Hollande dans notre île.

La visite officielle que François Hollande a effectuée il y a un mois devait apporter des réponses aux problèmes de La Réunion. Le PCR était le seul parti qui l’avait interpellé. L’UMP et les organisations centristes étaient étrangement silencieuses. Quant au PS, plus il a de parlementaires moins ils sont efficaces. Nous avions exposé les problèmes dans une brochure qui a été diffusé à 100.000 exemplaires : canne à sucre, les APE, l’octroi de mer, l’emploi, la réforme institutionnelle, la Route en Mer.

Un mois après, il n’a toujours pas de réponse pour sauver la filière canne après l’échéance 2017. Les 38 millions nécessaires n’ont toujours pas eu les faveurs de l’Europe. Que fera Hollande si l’annonce est négative ? Or c’est très urgent puisque les planteurs se lancent dans des investissements en ce moment et les Banques ne prêtent pas.

Les APE ont été évoqués au Sommet de la COI. Dans la déclaration finale un paragraphe a été consacré à ce sujet. Les chefs d’État présents ont demandé d’accélérer le passage de l’accord intérimaire en accord définitif. Ils se sont constitués en groupe : Madagascar, Maurice, Comores, Seychelles. La France n’aura qu’un simple rôle d’observateur. La Réunion est hors course…

L’octroi de mer est contraire aux règles de la Communauté Européenne. Il est menacé de disparition. Apparemment, les propositions du Conseil Régional et celles de la France sont déjà entre les mains de Bruxelles. Lurel avait déjà pondu un communiqué triomphal mais il s’est empressé de le retirer. Depuis, plus rien. Dernier délai 31 décembre. Les présidents des RUP sont revenus bredouille. C’est très grave.

L’emploi se pose au niveau du nombre et en qualité. Hollande a annoncé 40 000 embauches en emploi d’avenir subventionné à 90 %. Malgré la proposition alléchante, cela intéresse très peu de Collectivités. Les jeunes ont compris qu’il faut passer a l’action : ça bouge dans des quartiers, ça bouge aussi à la CGTR. Le bras de fer est engagé, car des Députés PS ont signalé que le Président a fait une erreur et qu’il faut lire 4000 contrats au lieu de 40 000, c’est à dire 10 fois moins. Mais aucun chômeur ne croit qu’un président puissent faire une erreur aussi grossière. C’est pourquoi les manifestations revendicatives vont s’accélérer. Pour une fois qu’il y a un début d’application, on aurait tort de s’en priver.

La réforme institutionnelle est plombée par le changement au Sénat, mais de toute manière cela ne nous concernait pas, sauf par défaut. Concernant la sur-rémunération et le scandale de la Route en mer, ces deux dossiers ont été dénoncés à la tribune du Sénat par Paul Verges. Le bilan post visite présidentielle est vraiment peu reluisant.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • D’ une manière générale, peut-être c’est une impression trompeuse, on dirait que parfois le vote populaire sert à s’entourer de toute une armada de technocrates, parfois loin des préoccupations de celles et ceux qui luttent quotidiennement .
    Entre parler d’une réalité et prendre conseil auprés de ceux qui n’ont pour toutes réponses , crise, mondialisation, déficit budgétaire ; pire meme parfois reprenant les arguments des adversaires du progrés !
    L’articulation politico-économico-administratif ne peut etre efficace qu’ à la seule condition qu’elles ont compris le message du peuple et le politique devient complice s’il cède à des caprices technocratique.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com