Edito

Le concept de « 7 ou 8 mesures » serait-il un enrobage pour éliminer le bonus COSPAR ?

Témoignages.re / 30 novembre 2012

Ainsi le gouvernement s’apprêterait à supprimer le bonus COSPAR et le dispositif RSTA. La résistance s’organise pour sauver cet acquis. Lors d’un point presse, la semaine dernière, le PCR avait avancé l’idée d’une pétition. L’intersyndicale a annoncé une initiative identique. Ces actions auront-elles un impact sur « les 7 ou 8 mesures » qui sortiront de la synthèse tirée de l’opération de communication intitulée « Conférence économique de l’Outre-mer » ?

Lors de la tenue de ces rencontres à La Réunion, le ministre Lurel a été pris en défaut sur ce dossier et il n’est pas parvenu à dissiper les inquiétudes des bénéficiaires ainsi que celles des organisations sociales. Seul le MEDEF encourageait le gouvernement à éteindre le dispositif.

JPEG - 46.3 ko

Le risque de suppression de ces avantages aux travailleurs n’est pas à prendre à la légère quand on lit les propos élogieux du ministre Lurel vis-à-vis des patrons du FEDOM réunis en assemblée générale, le mois dernier. Il a évoqué l’existence d’une relation nouvelle fondée sur la qualité du partenariat. En d’autres termes, ils peuvent compter sur le gouvernement et réciproquement. Il avait même annoncé que l’ancien gouvernement n’avait pas prévu les sommes nécessaires… en oubliant qu’il a été élu justement pour faire différemment.

Si tel devait être le cas, la Conférence économique et ses déclinaisons territoriales seraient en fait le subterfuge utilisé pour cacher la suppression du bonus COSPAR et le RSTA. Ce pourrait être la seule mesure concrète. Cette hypothèse est soutenue par la décision du gouvernement de rejeter l’amendement du sénateur Paul Vergès qui militait pour le prolongement du dispositif. Cette opposition est incompréhensible venant d’un gouvernement de gauche alors même que le projet avait reçu l’aval de la commission sénatoriale. L’étonnante position gouvernementale était motivée par le défaut de financement.

Voilà pourquoi les travailleurs et les élus doivent être unis pour sauvegarder ce minimum durement acquis dans des luttes sociales qui avaient duré plusieurs semaines. Ce qu’un gouvernement de droite n’a pas osé supprimer, le gouvernement de l’alternance va-t-il marquer le début de la mandature par un acte hostile aux travailleurs, sous les applaudissements du MEDEF ? Le concept de « 7 ou 8 mesures » avancé avant même la tenue de la Conférence économique va-t-il servir d’enrobage pour régler son compte au bonus COSPAR et au RSTA ?

J.B.


Kanalreunion.com